Votre électricité moins chère - Avis et comparatif des meilleurs fournisseurs d'électricité : tarif, abonnement, calculer prime énergie

Kelenergie.fr

Infos & Souscriptions :
02 90 22 53 61
Demande de rappel gratuit immédiat

Calculez votre prime énergie

Utilisez nos outils de calcul de prime énergie en fonction du domaine qui vous intéresse : chauffage, solaire, climatisation, eau chaude, équipements électriques, isolation, pompes à chaleur etc...
Obtenez votre prime d'énergie et l'estimation des économies réalisées.

Calculez votre prime énergie

Prime d'énergie

Actualités :

13 avril
2016
Les Etats des énergies renouvelables en Europe

EurOberv’ER vient de publier la 15ème édition du baromètre reflétant l’état actuel des énergies renouvelables en Europe.

Lire la suite de l'article...


Toutes les actualités sur les founisseurs d'électricité avec Kelenergie.fr...

Electricité moins chère

Opérateur historique et offre concurrentielle

L'ouverture à la concurrence du marché de l'électricité, en 2004 pour les professionnels et en 2007 pour les particuliers, avait fait l'effet d'une petit révolution : EDF, l'opérateur historique, celui grâce à qui toute ampoule éclairait se voyait concurrencée par trois, puis sept, et, aujourd'hui, près d'une trentaine de fournisseurs qui moins cher, plus vert ou plus adapté à chaque type de consommation en entreprise ou chez le particulier…

En 2010, la loi Nome, pour Nouvelle organisation du marché de l'électricité, a achevé d'ouvrir le marché du courant à la libre concurrence. Mise en application l'été dernier, le texte officialise notamment la possibilité, pour l'ensemble des fournisseurs, de racheter à EDF 25 % de sa production d'électricité nucléaire et de répondre aux besoins d'une clientèle de plus en plus distante vis-à-vis de l'opérateur historique. Mais rien n'est acquis : malgré le but affiché par la nouvelle loi, le prix proposé pour l'achat de courant venu des centrales, élevé, ne sera pas forcement un coup de pouce à l'essor des fournisseurs alternatifs. Chacun joue des coudes…

En France, quatre grands acteurs se partagent, de la source à la prise de courant, le flux électrique vital. La production, via les centrales nucléaires et à charbon, au gaz et les énergies renouvelables ; le transport, assuré par Réseau de Transport Electrique (RTE), pour les lignes à haute et très haute tension ; la distribution, les réseaux moyenne tension, transfos, réseaux basse tension, branchements et compteurs, gérés par ERDF et quelques gestionnaires de réseaux locaux (régies et syndicats d'électrification) ; la fourniture d'électricité, enfin, en bout de chaîne concurrentielle, proposée par le mastodonte EDF — seul émetteur du tarif réglementé — et ses nouveaux challengers, bien décidés à se battre.

Nouveaux fournisseurs d'électricité

Un changement encore très lent

Alors que les opérateurs se bousculent pour proposer les offres les plus alléchantes, de récentes études montrent que leur part de marché ne progresse que très lentement : en juin 2011, l'Observatoire des marchés de l'électricité et du gaz relève que seuls 5,4 % des particuliers ont cédé aux sirènes de l'électricité « alternative ».

La Commission de régulation de l'énergie a recensé, à la fin de l'année dernière, pas moins de vingt-deux fournisseurs d'électricité proposant des offres aux clients « non résidentiels » — entreprises, collectivités, établissements privés, publics, para-publics… — ; neuf d'entre eux s'adressent également aux « résidentiels », donc aux particuliers : EDF via son offre de marché, Direct Energie, Poweo, Energem, Planète Oui, GDF Suez, Enercoop, Alterna et Lampiris.

Malgré cette offre abondante, les Français restent timorés et cherchent, encore, les bonnes raison de se passer de l'opérateur historique.

Peur de la panne ? Des mauvaises surprises ? Fidélité trop aveugle ? Peut-être un peu des trois : un sondage publié à l'automne 2010 pour Direct Energie montrait que 40 % des Français ignoraient qu'il leur était possible de changer de fournisseur d'électricité… En France, le prix de l'électricité reste modeste, et essentiellement dicté par le coût de revient de l'électricité d'origine nucléaire — hors investissements et aléas concernant l'avenir de l'atome civil. Est-ce là où le bât blesse ? C'est en tout cas l'un des facteurs cruciaux du prix de vente de l'électricité dans notre pays ; les particuliers savent déjà que les tarifs de l'opérateur historique sont promis à une forte hausse continue ces prochaines années. Une hausse qui pourrait bien sûr profiter à la concurrence…

Le futur s'écrit de moins en moins en bleu. Clé de voûte du développement de chacune de ces compagnies, l'investissement et le partenariat avec les industriels et les particuliers producteurs de l'électricité d'origine renouvelable : les opérateurs alternatifs ont, dans leurs cartons, d'ambitieux projets servant aussi à promouvoir leur offre.