Votre électricité moins chère - Avis et comparatif des meilleurs fournisseurs d'électricité : tarif, abonnement, calculer prime énergie

Kelenergie.fr

Actualités de l'énergie moins chère :

13 avril
2016
Les Etats des énergies renouvelables en Europe

EurOberv’ER vient de publier la 15ème édition du baromètre reflétant l’état actuel des énergies renouvelables en Europe.

Lire la suite de l'article...

20 mars
2016
Le prix du gaz baisse en mars 2016

Bonne nouvelle pour les consommateurs !

Les bonnes nouvelles continuent pour les ménages français. Après une baisse du prix du gaz en janvier et février derniers, la Commission de Régulation de l'Energie a annoncé une nouvelle baisse des tarifs règlementés de vente de gaz au 1er mars 2016 de 3,22% en moyenne.
Lire la suite de l'article...

07 mars
2016
Est-ce le moment de quitter EDF pour un autre fournisseur d'électricité ?

Avec des résultats en deçà des attentes, le fournisseur d'énergie historique français ne rassure pas quant à l'issue des ambitieux projets que sont les travaux de maintenance des 58 réacteurs en France et la réalisation de l'EPR en Grande-Bretagne. Cette situation n'est pas sans inquiéter les consommateurs qui pourront songer à changer de fournisseur d'électricité.
Lire la suite de l'article...

19 février
2016
Les français et l'énergie renouvelable en 2016, où en sommes nous ?

Qualit'EnR, expert de la qualification des sociétés dans le cadre des énergies renouvelables, publie un rapport, effectué les 6 et 7 janvier 2016 par OpinionWay, sur l'intérêt des particuliers et l'énergie verte.
Concrètement, la loi donne aux distributeurs d’énergie comme ERDF, GRDF, les syndicats d’électrification ou les régies locales, la compétence de comptage de la consommation d’énergie par les moyens les plus appropriés. La facturation, réalisée à partir de ces données de comptage est de la compétence du fournisseur d’énergie.

Réalisé auprès d’un échantillon de 1021 particuliers représentant la population française, lire la suite de l'article...

5 février
2016
Linky et Gaspar : deux compteurs intelligents

Les compteurs d’électricité et de gaz communicants seront prochainement installés sur les réseaux des distributeurs respectifs. Linky sera le compteur intelligent retenu par ERDF, et Gaspar celui de GRDF...lire la suite de l'article...

21 janvier
2016
Electricité : L'offre renouvelable d'EDF

Alors que la COP21 s'est tenue à paris à la fin de l'année 2015, EDF a lancé une nouvelle offre basée sur l'énergie renouvelable. Le principe ? Permettre aux consommateurs d'utiliser de l'énergie renouvelable pour leurs consommations énergétiques via un nouveau contrat. Qu'en est il de cette offre? Point sur l'avis de l'association UFC que choisir.
Lire la suite de l'article...

6 janvier
2016
ERDF va changer de nom

Le distributeur d'électricité se voit contraint de changer de dénomination, à la demande de la Commission de régulation de l'énergie. Le motif? ERDF était trop proche de celui d'EDF.
Lire la suite de l'article...

15 décembre
2015
L'offre EKOénergie du fournisseur Planète Oui, pour une énergie durable et renouvelable

Planète Oui est un fournisseur d'énergie en ligne français. Il propose aux particuliers, comme aux professionnels, de fournir à ses clients, de l'électricité renouvelable, portant le label du réseau d'organismes de protection de l'environnement EKOénergie. Ce label est présent actuellement dans une dizaine de pays européens.
Lire la suite de l'article...

4 décembre
2015
Linky arrive chez nous : point sur les services associés

Le nouveau compteur communicant de ERDF commence à être installé dans les foyers français. Quels sont les bénéfices supplémentaires pour le consommateur ?
Lire la suite de l'article...

20 novembre
2015
Fournisseur d'énergie : comment lire sa facture ?

Comprendre la facture de son fournisseur d'énergie peut sembler laborieux. Voici comment déchiffrer votre facture de consommation d'énergie.
Lire la suite de l'article...

06 novembre
2015
Opération "Choisir son fioul" avec UFC Que Choisir

A l'approche de la saison hivernale, les associations locales et unions régionales de quatre régions ont décidé de lancer un appel au rassemblement pour bénéficier d'un tarif plus avantageux en matière de fioul.
Lire la suite de l'article...

21 octobre
2015
Baisse des prix pour le gaz en octobre

Depuis le 1er octobre, les tarifs du gaz appliqués par ENGIE (ex GDF Suez) ont baissé de 1.4 %
Lire la suite de l'article...

06 octobre
2015
Conseils pour réduire sa facture énergétique

Les factures énergétiques pèsent lourd dans le budget d'une famille, principalement à l'arrivée de l'hiver. Il existe cependant quelques astuces très simples pour réduire sa facture de gaz et/ou d'électricité.

Lire la suite de l'article...

22 septembre
2015
Six millions de foyers alimentés à l’éolienne

Les Français ont fait un grand pas vers la protection de l’environnement avec 10.000 mégawatts éoliens reliés au réseau électrique.

Lire la suite de l'article...

07 septembre
2015
Le Smart Home Tablet Archos : Une manière innovante de contrôler sa consommation

Le Smart Home Tablet Archos est un dispositif qui permet une connexion intégrale de la maison, grâce à différents outils qui opèrent de façon connectée les uns aux autres. Il s'agit d'un ensemble d'appareils qui présentent, grâce à ce principe d'inter-connectivité, de grands avantages pour la maison, parmi lesquels la surveillance de sa consommation d'électricité.

Le Smart Home Tablet Archos est composé de différents appareils : une mini caméra qui peut prendre des photos ou de courtes vidéos à distance, un détecteur de mouvements qui permet de surveiller chaque ouverture de porte ou de fenêtre. Le dispositif comprend également une prise de courant intelligente qui permet de contrôler à distance ses prises jusqu'à une puissance de 250V. Enfin, le Smart Home Tablet d'Archos vient avec un appareil qui permet de mesurer la température et l'humidité au sein de l'habitat.

Notamment grâce à sa prise intelligente, ce système a pour avantage de permettre un contrôle assidu de sa consommation d'électricité. En effet, cette prise permet le contrôle de l'intégralité des prises de la maison et offre ainsi la possibilité de pouvoir éteindre n'importe quel appareil à distance ou de contrôler la consommation d'électricité des appareils de l'habitat. Le dispositif permet en effet la possibilité de créer des scénarios : il sera possible, par exemple, de programmer l'extinction automatique d'une lumière cinq minutes après sa mise en marche ou d'éteindre un appareil automatiquement suite à un arrêt prolongé de son fonctionnement.

31 août
2015
Les tarifs de l'énergie : des changements à envisager

La prochaine loi de finances 2016 pourrait provoquer de bouleversements importants dans le domaine de l’énergie. Avec l’augmentation de la taxe carbone, la réforme de la taxe finançant les énergies renouvelables et bien d’autres, tout laisse croire que la baisse de l’électricité sera rapidement compensée par l’augmentation des prix des carburants et du gaz. La contribution aux charges du service public de l’électricité (CSPE) est une taxe que l’on prélève sur la facture des Français exploitant l’électricité. Le gouvernement pense qu’il serait mieux d’appliquer cette taxe aux autres énergies carbonées à l’instar du gaz et du carburant. Deux options seraient envisageables : la première option serait de répartir la CSPE entre le gaz et l’électricité. En application du principe du vase communicant, cette répartition pourrait baisser la facture de l’électricité d’au moins 7 %.

En revanche, le prix du gaz serait vu à la hausse puisque les consommateurs de ce produit devront payer cette taxe. La seconde option serait l’étalage de cette taxe entre les énergies carbonées et l’électricité. Avec cette option, la facture d’électricité serait diminuée d’environ 10 %, la hausse du prix du gaz serait modérée et les prix du carburant seraient vus à la hausse. Pourtant, qu'il s'agisse du super 95 ou du Gazole, le carburant est déjà énormément taxé. Avec cette nouvelle contribution, les factures des automobilistes seraient immédiatement à la hausse. En dehors des automobilistes, plusieurs secteurs d’activité seraient affectés par ces changements.

06 août
2015
Déploiement du compteur Linky dans les ménages français : l'avis de l'ADEME

Après des tests concluants effectués dans la région de Lyon, le gouvernement français a décidé de remplacer d’ici 2021, les 35 millions de compteurs électriques actuellement utilisés en France, par des compteurs Linky.

Le compteur Linky est un dispositif intelligent qui permet un suivi consommation électrique et qui favorise l’économie d’énergie. Selon l'ADEME, ce compteur est efficace pour la promotion de la production décentralisée des énergies renouvelables, puisqu’il enregistre aussi bien l’énergie produite que l’énergie consommée. Ainsi, il permet de piloter la production électrique décentralisée, car il donne accès aux données qui aident à aligner la production aux besoins en consommation du moment.

Aussi, le compteur Linky pourrait contribuer à encourager l’économie d’énergie, en tant qu'outil de sensibilisation. Cependant, l'agence préconise la mise en œuvre rapide de mécanismes légaux qui sont indispensables pour profiter réellement de cet outil de sensibilisation. Il s’agit notamment de la loi de transition énergétique du 22 juillet 2015 qui exige que les consommateurs disposent d’indicateurs de suivi consommation réguliers, mis à leur disposition par les gestionnaires d’immeubles. En retour, ces derniers et les distributeurs d’électricité pourront avoir accès aux données de consommation des clients, en aval du compteur et ce, en temps réel.
L'extension à toute la France de l'utilisation du compteur Linky est une décision judicieuse du gouvernement, mais à la condition qu'un cadre légal adéquat accompagne son installation et sa mise en œuvre.

03 juillet
2015
Bilan de l'ouverture à la concurrence du marché de l'énergie

Le bilan mitigé, dressé par le médiateur de l’énergie, a remis en cause l’ouverture à la concurrence du marché de l’électricité et du gaz. En effet, plus de 7 ans après l’ouverture à la concurrence, le bilan révèle une augmentation des prix, particulièrement pour l’électricité, contrairement à la baisse escomptée, ainsi qu'une augmentation des litiges avec les fournisseurs.

L’augmentation de la facture d’électricité de près de 50% en moyenne TTC pour les ménages aux tarifs réglementés s’explique en partie par la hausse de la CSPE (Contribution au service public de l’électricité) comptant pour près de 15 % dans le montant de la facture. Par ailleurs, le médiateur révèle une augmentation moindre de la facture se situant à 36 % en ce qui concerne les ménages chauffés au gaz naturel. Ainsi selon le médiateur, « l’ouverture à la concurrence n’a donc pas fait les affaires des consommateurs » et on s’attend même à une recrudescence des démarchages. D'autre part, une hausse significative des litiges avec certains opérateurs a été constatée, particulièrement avec ENI, l’opérateur italien comptant 220 litiges pour 100 000 contrats de gaz, ou encore avec le belge LAMPIRIS comptant quant à lui 157 litiges pour 100 000 contrats.

Le médiateur se déclare enfin satisfait de la mise en place, à travers la loi sur la transition énergétique, du chèque énergie pour les plus modestes, et également de se saisir, une fois la loi promulguée, des litiges sur les différents contrats d’énergies.

19 juin
2015
Comment choisir un fournisseur d'énergie ?

L’année 2007 marque la fin du monopole EDF GDF Suez, la distribution d’énergie est ouverte à la concurrence. GDF Suez devient ENGI, soit le premier producteur indépendant d'énergie dans le monde. Les fournisseurs alternatifs ne sont pas soumis aux tarifications réglementées par l’état, ce qui laisse au consommateur un large choix à adapter selon son logement et son portefeuille. La qualité de l’énergie, gérée par les réseaux ERDF GRDF, reste la même quel que soit le fournisseur. Certains concurrents misent sur l’énergie verte comme le gaz compensé en carbone, qui n’est autre que le gaz carbonique, mais qui engendre le financement de projets écologiques.

Quant à l’électricité verte ou hydraulique, elle profite plus aux fournisseurs d'énergie qui font une grande marge, car tous les consommateurs participent au développement durable en payant la taxe CSPE. Le prix reste le principal critère de comparaison, cependant, celui-ci doit être comparé en TTC du kWh et en fonction de l’abonnement dans la durée. Contrairement à un tarif indexé, qui peut évoluer dans le temps en fonction des tarifs réglementés, un tarif fixe au kWh ne change pas. Par contre, les montants de l’abonnement et des taxes peuvent augmenter au cours de la durée du contrat.

Une évolution du prix peut être prévue dans un contrat à prix fixe à l’issue de sa durée. Enfin, la résiliation de tout type de contrat peut se faire à tout moment et le fait de changer de fournisseur n’engendre aucun frais supplémentaire.

3 juin
2015
EDF et GDF deviennent ENGI

Le fournisseur d'énergie a évoqué la nécessité de changer de nom, celle ci répondant à un impératif et pas seulement un désir profond.
En effet, le but est tout simplement de tourner la page. Plus précisément, des nouveaux concurrents apparaissent, tels que Google et ses champs d’éoliennes. Le groupe, se voit donc dans l'obligation de rajeunir ses cibles. L'objectif se résume en trois mots : Digitalisation, Décentralisation, Décarbonisation. Le changement de nom va permettre d'apporter une touche moderne, une douceur et une rondeur dans la nouvelle signature. Dans ces circonstances, quel nom serait mieux qu'ENGI ? En plus de pouvoir être prononcé dans toutes les langues, à l'inverse de GDF et EDF, il évoque sans aucun doute l'énergie. Ainsi, le déroulement et le concept vont s'inscrire dans un objectif d'évolution des usages collectifs et des mentalités. Le but du fournisseur d'énergie est donc de suivre l'évolution des technologies et donc la transition énergétique. ENGI a donc pour objectif de devenir leader dans ce domaine.
Par conséquent, le changement de nom devient une évidence. Ce nouveau nom va sans aucun doute entraîner une mutation d'un point de vue stratégique. En effet, tout le monde change, et GDF Suez ainsi que ses énergies se doivent de changer avec lui afin de correspondre aux besoin de la société actuelle.

21 mai
2015
Dernier bilan officiel sur l'énergie française

En France, la loi Grenelle2 du 12 juillet 2010 avait posé un cadre juridique à la "lutte contre la précarité énergétique", qui tirait ses fondements de la loi au logement (n° 90-449) de 1990. L’Observatoire national de la précarité énergétique, dans son dernier bilan, parle de "facteurs de précarité énergétique" prenant de l'ampleur en France, difficiles à résoudre, et, augmentant les risques de pauvreté et d'exclusion, des ménages les plus modestes. Inutile de préciser, que la majorité des difficultés, résulte d'une baisse des revenus des foyers, de l'augmentation des dépenses alimentaires, et de celles liées à l'énergie ( gaz ou électricité), toujours plus élevées.
Ensuite, la France possède un "parc de logements" anciens, vétustes, et, 32 % des locataires, dénonceraient des "défauts de qualité énergétiques" contre seulement 19% chez nos amis allemands ou belges. De plus, 65% des logements de ces logements, construits avant 1975, échappent aux normes récentes, de "réglementation thermique". Selon les spécialistes, la solution consisterait à rénover, plutôt qu'à construire.

13 mai
2015
L'application mobile "EDF & MOI" réinvente la consommation électrique

En 2015, EDF demeure le premier producteur et fournisseur d'électricité en France et dans le monde, ainsi qu'un important fournisseur de gaz. L'appli mobile "EDF & MOI" permet d'accéder par le biais d'une authentification rapide à un espace personnel en ligne adapté aux interfaces des smartphones. Régler sa facture, modifier son mode de paiement et mettre à jour ses informations bancaires deviennent accessibles n'importe où.
En cas de déménagement, le client peut modifier son contrat directement via l'appui mobile EDF, 10 jours avant l'échéance ; il a alors le choix entre un changement de souscription, l'ouverture d'un nouveau contrat ou la résiliation de ses engagements avec EDF. Il peut à tout moment transmettre ses relevés de compteur afin d'adapter son forfait à sa consommation réelle et estimer ses prochaines factures ou consulter les dernières, tandis que l'échéancier et le graphique des consommations facturées lui permettent d'adapter son comportement à ses besoins et moyens énergétiques.
L'appli mobile "EDF & MOI" se révèle également utile pour tous ceux qui souhaitent accéder aisément aux services du site internet EDF. Elle comporte une liste de numéros utiles et permet de comparer aisément les offres et options tarifaires d'EDF. Les clients ayant souscrit aux options EJP ou Tempo peuvent accéder rapidement aux couleurs des jours correspondants, tandis que ceux qui recherchent une boutique peuvent trouver les plus proches de leur position.
Polyvalente et simple d'accès, l'appui mobile "EDF & MOI" réinvente les habitudes de consommation énergétique.

21 avril
2015
Energie : en savoir plus sur la prime d'effacement

La commission paritaire a un projet de loi impliquant le paiement par les consommateurs d'une prime d'effacement. L'UFC que choisir a alors décidé d'agir en saisissant le Conseil d’Etat pour que l'arrêté relatif à ce dispositif soit annulé. En effet, la prime sur effacement alourdirait de façon injuste la facture de la totalité des consommateurs. Le dispositif semble contre-productif et non performant. Plus précisément, la mesure implique à concevoir le statut juridique "d'opérateur d'effacement" qui se distingue donc des fournisseurs, pour qu'ils viennent solliciter chaque consommateurs d’électricité pour les encourager à désactiver, pendant un certain moment le chauffe-eau et le chauffage. Sa rémunération est basée sur le nombre de MWh qui ont été effacé. Par conséquent, la charge financière du mécanisme pourra être imputée à la collectivité des consommateurs, par une contribution qui est au service public de l’électricité (CSPE). Celle ci seront directement comprises dans la facture d’électricité. Cependant, cette taxe n'est en aucun cas bénéfique pour la collectivité. La prime de l'effacement va davantage servir les intérêts financiers des opérateurs que ceux des fournisseurs ou des consommateurs. L'intérêt général n'est pas mis en avant.
L’UFC Que Choisir attend donc que la législation relative au dispositif évolue et a déposé un recours en excès de pouvoir. Le sort du dispositif est désormais dans les mains du Conseil d’Etat. A lui de décider si cet arrêté mettant en place une prime contreproductive sera annulé.

08 avril
2015
Changer de fournisseur d'énergie : mode d'emploi

Depuis le 1er juillet 2007, les Français ont la possibilité de changer de fournisseur d'énergie et ainsi quitter les opérateurs historiques qu'étaient EDF et GDF-Suez.
Pour les particuliers qui veulent changer d'offre, il n'y a pas de changement de compteur requis et ce changement est entièrement gratuit, aucun frais ne peut vous être réclamé par votre fournisseur.
Le consommateur n'ayant aucun engagement contractuel vis-à-vis de son fournisseur, il n'y a pas de période minimum d'engagement, le particulier à la possibilité de changer autant de fois qu'il le désire de fournisseur, et même revenir à un ancien fournisseur d'énergie, toujours gratuitement.
De plus, pour changer d'offre, que ce soit pour le gaz ou pour l'électricité, pour un tarif réglementé ou non, le simple fait de souscrire à un nouveau contrat résilie automatiquement l'ancien, le nouveau fournisseur se charge ainsi de toutes les démarches administratives liées à la résiliation. Il n'y a également aucun risque d'interruption de service, la continuité d'alimentation étant garantie par le gestionnaire de réseau de distribution.
La double facturation n'est pas à craindre non plus, car lorsque le client souscrit à un nouveau fournisseur d'énergie, il doit lui communiquer le numéro du point de livraison, ainsi que les relevés de votre compteur, l'ancien fournisseur utilisera alors ces chiffres comme index de fin de période pour établir la facture de résiliation.
Ainsi, les tarifs réglementés n'étant ni plus protecteurs, ni plus avantageux financièrement, changer d'opérateur peut être bénéfique pour le consommateur.

19 mars
2015
Que reprochait l’UFC Que Choisir à Direct Energie ?

En Octobre 2014 l’Union Française des Consommateur Que Choisir saisit le Tribunal de Grande Instance. Cette Union trouvait beaucoup de clauses abusives dans les contrats de Direct Energie. Elles enlevaient beaucoup de responsabilités au fournisseur d’énergie en ligne dans le contrat fourni aux consommateurs. De même que la facturation pour le client en cas de mauvais fonctionnement du compteurce avait particulièrement choqué l'association. En poursuivant la lecture l’Union des consommateurs avait aussi noté les frais de rejet pour impayé. La taille de la police de rédaction dissuaderait à elle seule le client à lire le contrat dans ses détails. Le fait que Direct Energie ne relève réellement ses compteurs qu’une fois par an ne permet pas au consommateur d’adapter sa consommation en fonction de sa facture. C’est au client de faire ses propres relevés intermédiaires, il s’avère que l’erreur est toujours pénalisante pour le consommateur.
Le Tribunal de Grande instance a débouté l'association de défense des consommateurs, trouvant que les accusations de l’union des consommateurs étaient "irrecevables".

06 mars
2015
Le Concept "Gaz moins cher ensemble" fait des échos

L'UFC Que Choisir lançait en début d'année un appel efficace à la mobilisation, afin de donner l'avantage à la concurrence en matière de gaz. Avec plus de 170 000 consommateurs inscrits, l'opération "Gaz moins cher ensemble" a su s'imposer et proposer aux adhérents une offre de gaz de près de 12 % moins cher. Bel exemple pour les start-up telles que Selectra et PowerFoule, ces groupes ont suivi le mouvement, devenu un véritable élan de mobilisation. Le groupe Selectra est décrit comme le premier comparateur d'offres de fournisseurs d'énergie en France, avec en 2014, près de 90 000 contrats signés par son intermédiaire. Il permet une économie de 8 à 10 % sur le prix du KWH et deux mois d'abonnement gratuit. Les inscrits ont accès à une estimation détaillée, pour bénéficier d'un comparateur en ligne et peuvent profiter de la meilleure offre possible.
Le groupe PowerFoule, quant à lui, garantie une économie d'environ 250€/an. Le site compte environ 1 589 inscrits. Il n'est pas aussi connu que le précédent, mais les professionnels de la firme garantissent des économies assurées. Le groupe PowerFoule lutte par la même occasion contre la diffusion des coordonnées personnelles des clients, chose assez fréquente de la part des grands groupes de fournisseurs d'énergie.
L'UFC Que Choisir a bel et bien relevé son défi : il a ouvert la voie à la mobilisation afin de faire entendre la voix des consommateurs, et ainsi de pouvoir profiter des prix les plus compétitifs.

20 février
2015
L'énergie verte est-elle possible ?

À l'heure actuelle, plusieurs entreprises qui fournissent de l'énergie actualisent leur service en proposant de l'électricité verte. Enercoop peut prétendre au titre de fournisseur d'énergie verte 100% renouvelable. Au niveau national, les fournisseurs qui proposent déjà des offres appelées « vertes » sont un peu moins d'une dizaine. En France, l'énergie renouvelable qui provient de la biomasse se trouve en seconde position après l'hydraulique. L'engagement pour l'environnement est aussi offert par GDF Suez qui garantit l'origine de son électricité 100% renouvelable.
Ils ne sont pas les seuls à proposer une électricité verte provenant soit de l’hydraulique ou encore grâce aux éoliennes. L'énergie solaire et l'énergie du sol sont très utilisées et se cachent sous le nom "géothermie". Plus ancienne, l'énergie issue de la biomasse (combustion du bois, etc ) est aussi une source permettant aux entreprises comme Alterna, Direct Energie, Energem de pouvoir satisfaire les clients. Lampiris avec son slogan "Le gaz moins cher et le Watt plus vert" propose des offres très intéressantes comme l'offre duo électricité et gaz sans engagement avec les prix qui restent fixes.
Planète Oui propose des réductions allant jusqu'à -20% sur l' abonnement avec une facturation mensuelle ajustée en fonction des besoins du client. Aucune modification technique est à prévoir. Les offres de Proxélia ou encore de Sélia sont également très intéressantes.
L'électricité verte est en train de se développer auprès des particuliers.

06 février
2015
GDF à la recherche des énergies de demain

GDF observe les événements sur le long terme. Impossible de faire autrement pour une entreprise de cette dimension. Et l’énergie, pour GDF, dans les décennies à venir, c'est l'énergie verte. On appelle énergie verte toutes celles qui sont produites à partir d’une source naturelle et qui se renouvelle sans s’user. Le photovoltaïque, l’énergie éolienne, l'hydraulique en sont les meilleures exemple. Qu’il y a t-il, par exemple, de plus renouvelable que l’énergie du soleil qui revient jour après jour.
GDF se concentre donc sur ces énergies verte. Aujourd’hui, elles représentent 15% des capacités de production électrique du groupe et ce chiffre s’en va en s’accroissant chaque année. Pour preuve on peut prendre l’objectif pour 2025 de doubler la production de l'énergie verte pour lui faire atteindre les 16.000 mégawatts. Pour cela, elle compte se renforcer en Europe en créant une entité dédiée spécifiquement à l'énergie verte en Europe. Cela permettra par exemple de développer l’éolien marin qui représente une très grande opportunité pour demain, tout comme l’énergie hydrolienne, c’est à dire l’exploitation des courants marins pou produire de l’électricité. Une solution en cours de développement qui peut représenter une véritable issue pour le futur tant l’énergie serait inépuisable.

GDF se tourne vers toutes les énergies nouvelles et travaille pour les décennies à venir. Ce n’est que comme cela qu’elle pourra réussir le pari du remplacement des énergies fossiles.

21 janvier
2015
Eco-Rénovation : différentes situations, différentes aides.

Pour encourager et accompagner les travaux de rénovation énergétique des habitations, le gouvernement propose diverses formules. Les propriétaires peuvent accéder à l'éco-prêt à taux zéro. D'un maximum de 30.000€, ce prêt implique de faire intervenir des professionnels « Reconnu Garant de l’Environnement » (RGE).
Les travaux éligibles doivent permettre d'atteindre une performance énergétique fixée par un cabinet d'étude spécialisé ou concerner au moins deux des catégories suivantes : isolation des murs ou des toitures, remplacement des ouvertures (portes, fenêtres…), installation de systèmes de chauffage, de production d'eau chaude sanitaire (ECS) ou de ventilation performants, installation d'un système de chauffage ou de production d'ECS exploitant une source d'énergie renouvelable.

Le Crédit d'Impôt Transition Énergétique (CITE) s'adresse aux occupants d'un logement. Il permet de déduire des impôts 30% des dépenses engagées auprès de professionnels RGE dans une limite de 8.000€ (+ 400€ / personne à charge). Les travaux visés sont la protection des murs, toitures, planchers, ouvertures (portes et fenêtres extérieures) et parois vitrées, l'acquisition d'équipements de production d'énergie, de chauffage ou d'ECS alimentés au bois, à la biomasse, à l'énergie solaire ou via une pompe à chaleur, le raccordement à un réseau de chaleur, l'individualisation des coûts du chauffage ou de production d'ECS, la réalisation volontaire d'un diagnostic de performance énergétique ou l'installation d'une borne de recharge d'un véhicule électrique.
Ces dispositifs permettent à chacun de bénéficier d'une aide de l'Etat pour financer des travaux qui permettent de réaliser une importante économie d'énergie tout en réduisant l'impact environnemental du logement.

06 janvier
2015
Trois fournisseurs d'énergie au top

L'UFC-Que Choisir relève sur le marché des fournisseurs en énergie 3 compagnies qui se démarquent des autres. Selon le « palmarès des fournisseurs » de l’UFC-Que Choisir, quitter le tarif réglementé d’EDF ne s’avère pas avantageux. En revanche, faire jouer la concurrence sur le marché du gaz permet un gain de plus de 200 euros par an pour un consommateur parisien. Les tarifs réglementés du gaz et l’électricité (fixés par l’Etat) sont-ils toujours avantageux ? Alors que la bataille fait rage sur le marché de l’énergie entre les opérateurs historiques, EDF et GDF Suez, et les fournisseurs alternatifs, l’UFC-Que Choisir publie un « palmarès des fournisseurs », qui tient compte des tarifs et d’une analyse juridique des contrats.

Sur le marché de l’électricité, qui compte aujourd’hui neuf fournisseurs alternatifs commercialisant l’électricité à un prix de marché, 92 % des consommateurs restent clients d’EDF au tarif réglementé. Alors que le gel des tarifs réglementés au 1eraoût, voulu par la ministre de l’énergie Ségolène Royal, vient d’être approuvé par le Conseil d’Etat, l’association de consommateurs relève que le tarif réglementé conserve « un avantage structurel », « les offres de marché étant rarement compétitives ». Ainsi, s'il ne semble pas vraiment avantageux de quitter le tarif réglementé de l'électricité chez EDF, il est à l'inverse préférable de chercher à faire jouer la concurrence sur le marché du gaz en se tournant notamment vers les offres en ligne.

18 décembre
2014
Gaz naturel : une concurrence bientôt renforcée.

Si vous faites partie de l’un des huit millions de foyers encore abonnés aux tarifs réglementés du gaz chez GDF Suez, vous avez probablement déjà reçu un courrier pour vous avertir que certaines de vos données personnelles vont bientôt être communiquées aux fournisseurs concurrents, sauf opposition de votre part.
Depuis 2007, le marché du gaz naturel a été libéralisé pour s’ouvrir à de nouveaux fournisseurs. Les clients qui le souhaitent peuvent continuer à bénéficier des tarifs réglementés proposés en exclusivité par GDF Suez. A l’inverse, il est désormais aussi possible de comparer les tarifs et de souscrire à une offre libre chez un fournisseur alternatif.

Reste une subtilité de taille : GDF Suez, en plus des tarifs réglementés, propose lui aussi des offres sur le marché libre, et n’hésite pas à démarcher ses propres clients. Ce qui lui offre un avantage concurrentiel déloyal sur ses concurrents qui, eux, ne disposent pas des fichiers clients abonnés aux tarifs réglementés. L’Autorité de la concurrence a donc récemment contraint GDF Suez à communiquer ces données à ses concurrents.
Les clients qui ne renverront pas un courrier de refus, par conséquent, pourraient être démarchés plus souvent qu’auparavant. Si, par la suite, vous vous laissez convaincre et souhaitez changer de fournisseurs, assurez-vous de disposer de toutes les informations pertinentes, en comparant votre contrat avec l’équivalent proposé par le concurrent en termes de puissance et de gammes tarifaires. Vérifiez également l’origine de l’énergie produite si vous y attachez de l’importance.

05 décembre
2014
La campagne « gaz moins cher », une autre façon de consommer.

L’« UFC-Que choisir », une association conçue pour protéger les consommateurs, lance le projet « gaz moins cher » sur le net pour diverses raisons. Cette campagne a pour objectif de créer un vrai marché où les consommateurs auront un réel impact. En effet, ils sont spectateurs passifs du marché du gaz, cela pour la principale raison qui est l’absence d’un véritable marché concurrentiel. En faisant émerger les fournisseurs alternatifs, cette campagne espère un résultat qui bénéficiera aux consommateurs, notamment à travers une meilleure concurrence de prix. La campagne « gaz moins cher » s’efforce d’inciter et de convaincre les consommateurs domestiques à trouver de meilleurs fournisseurs, à partir d’un contrat imposé par l’association aux deux parties. Pour participer à cette campagne, il suffit de s’inscrire en ligne sur le site gazmoinscherensemble.fr. Cette inscription est gratuite et sans engagement. Par ailleurs, les avantages pour les consommateurs de gaz sont véritablement réels. Outre le prix beaucoup plus abordable (minimum – 12 %), le consommateur est également protégé par un contrat. Cette convention lui permet de se défendre, notamment sur la facturation ou la qualité du service. Il est également soutenu par l’UFC-Que choisir dans toutes les démarches dans le cas d’un litige.

En résumé, le projet « gaz moins cher » d’UFC-Que choisir permet aux consommateurs domestiques de gaz de ville, de bénéficier d’une réduction de prix, mais également d’une meilleure protection, grâce à un contrat et surtout à une assistance.

21 novembre
2014
Le baromètre Energie 2014 révèle les habitudes des consommateurs

Etude menée auprès d’un large panel, le premier point à soulever est que si la majorité sait que plusieurs fournisseurs d’énergie existent, les particuliers n'ont pas concience des différences tarifaires entre chacun d’eux. Il faudra donc que les organismes qui proposent des tarifs plus compétitifs parviennent à faire passer leur message de façon plus efficace. La fatalité s’est installée dans ce secteur car les hausses successives ont fini par être assumées par les ménages. Conscients que la concurrence existent, nombreux sont ceux qui pensent que les prix sont proportionnels à ceux de l’énergie et que les avantages à changer de fournisseurs seront bien faibles. Un manque de communication semble également gêner cette démarche car une grande partie des ménages ne connaissent pas les démarches pour changer de fournisseur. Il appartiendra également de la part des fournisseurs d’énergie de mettre en place une nouvelle stratégie pour mettre en avant la facilité de cette démarche et pour présenter les tarifs réglementés qui sont nettement plus bas que les tarifs habituels. L’attachement à un fournisseur est un aspect qui revient souvent car les clients sont peu enclins à réaliser des démarches pour changer de fournisseur alors qu’ils sont habitués au leur.

Un plan d’action précisant davantage les avantages de changer de fournisseur d’énergie en insistant sur les économies substantielles d’énergie qui sont possibles par cette voie est devenu impératif. Indiquer clairement comment changer de fournisseur d’énergie grâce à une simple démarche est également primordial.

06 novembre
2014
Prix de l'électricité : 1,6% de plus à partir du 1er novembre

C’est désormais confirmé, le journal Officiel du 29 octobre l’a publié : le calcul du prix de l’électricité doit obéir à de nouvelles règles. Néanmoins, ce ne sera pas la hausse de 6.7% prévu initialement à être appliqué le 1er août 2014. Finalement, la hausse sera maintenue à 1,6% soit quatre fois moins.
Le nouveau mode de calcul se base sur le principe de la méthode « par empilement ». Ainsi, les prix seront obtenus en "superposant" les coûts inhérents à chacun des composantes de la filière. L’une de ces composantes est le prix de l’électricité pratiqué sur le marché de gros. Ils ne reposeront plus donc sur la prise en compte des coûts comptables. La démarche ignorera toutefois les rattrapages à effectuer au niveau tarif pour le compte des années 2012-2013. En effet, l’EDF avait subi des manques à gagner pendant cette période. Sans cette exclusion initiée par la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, la hausse du prix de l’électricité aurait atteint 6,7% pour les particuliers. L’application de cette nouvelle méthode de calcul du prix de l’électricité est prévue au 1er novembre 2014. Quelque 28 millions de foyers français vont donc connaitre des « tarifs bleus » revus à la hausse.
Pour le moment, cette modification imposée par l’État n’est pas encore bien lourde à porter au niveau du budget du ménage. Seulement, le prix à payer pour une prochaine transition vers l’exploitation des énergies renouvelables peut faire changer radicalement les donnes.

21 octobre
2014
Estimer sa consommation en électricité

La consommation d'énergie est un sujet d’actualité, notamment à cause du coût sans cesse croissant de son utilisation et le souci de mieux préserver l’environnement. Savoir estimer les dépenses en électricité, c’est donc avoir une utilisation précise de l’énergie et éviter son gaspillage, en somme un meilleur contrôle de l’énergie.
Pour cela, le Médiateur national de l’énergie a mis au point un dispositif sur son site d’information, « énergie-info ». Il s’agit d’un formulaire en ligne. Il suffit de répondre aux séries de questions simples dont l’objectif est de déterminer le niveau de puissance correspondant aux besoins optimaux en électricité. Les résultats ainsi obtenus sont ensuite utilisés dans le comparateur d’offres de prestation de fourniture d’énergie sur Internet, à savoir l’électricité et le gaz naturel, en affichant le prix, la nature des services, la durée de contrat, etc. Il s’agit d’un autre service en ligne, toujours sur le site « énergie-info ».
Mais au préalable, il faudrait commencer par consulter les fiches pratiques renseignant sur les techniques d’économie d’énergie ainsi que sur les travaux de rénovation qu’on peut entreprendre pour réduire considérablement la consommation d’énergie, le but étant de savoir répondre au questionnaire afin d’obtenir une estimation qui se rapproche le plus aux dépenses de tous les équipements électriques utilisés.

06 octobre
2014
L'UFC que choisir vous accompagne dans vos économies d'énergie

L’association Que Choisir n’est plus à présenter tant elle a fait de la défense du consommateur son credo, son cheval de bataille. Pour parfaire sa démarche d’aide au consommateur, l’association à mis en place un comparateur des fournisseurs d’énergie. Elle le met en place dans un contexte qui le rend particulièrement utile. La facture d’énergie chaque année augmente, faute à des prix de l’électricité ou du gaz toujours en hausse.
Parallèlement à cela, de nouvelles énergies se mettent en place pour les consommateurs comme le photovoltaïque. Difficile de s’y retrouver dans tout cela. Comparer le coût de l’énergie est donc une nécessité. Le comparateur des fournisseurs d’énergie de l’UFC Que Choisir permet d’en savoir beaucoup plus et de faire des comparaisons en toute objectivité. Savez-vous qu’il y a 8 autres distributeurs d’électricité en France qu’EDF ? Voilà de quoi se poser de nombreuses questions sur leur contrat, leur tarif, leur frais. Et ce n’est qu’un des domaines que couvre le comparateur.
L’objectivité de Que Choisir permet donc de présenter de façon synthétique et clair toutes les possibilités qui s’offrent aujourd’hui pour réduire la facture énergétique d’un appartement ou d’une maison. Vous faire réfléchir sur votre moyen d’approvisionnement en énergie, vous faire faire des économies, voilà finalement le but de ce comparateur pour ceux qui iront au bout de la démarche.

17 Septembre
2014
Un nouveau rebondissement pour les tarifs d' EDF

Le conseil d’Etat a pris la décision de maintenir le gel du prix de l’électricité au 1er août C’est le ministre de l’énergie Ségolène Royal qui l’a annoncé le 19 juin.
Finalement ce gel donne du temps pour pourvoir concevoir et appliquer une nouvelle réforme. Celle-ci permettrait de calculer avec la Commission de la régulation de l’énergie les nouveaux tarifs pour la prochaine session tarifaire qui est fixée pour le 31 décembre 2014.
Juste après cette annonce, les titre de EDF accusaient une baisse de 3%. C’est un épisode à rebondissement. Car l’été 2012, un arrêté avait précisé que la hausse des factures d’électricité ne dépasserait pas 2%. Le Conseil d’Etat avait annulé cet arrêté quelques mois plus tard pour décider une hausse des tarifs qui devait se répercuter dans le temps et sur plusieurs factures d’électricité y compris celle de 2014. Les factures s’annonçaient donc assez lourdes. Finalement, grâce à ce gel, la facture ressemblera à celle que paient les français habituellement.
Ce gel n’arrange pas les fournisseurs d’énergie alternatifs qui espéraient gagner des nouveaux clients au moment de la hausse des prix d’EDF. L’Anode qui est l’association de plusieurs fournisseurs, conteste ce gel des tarifs et prévient qu’elle pourrait faire saisir le conseil d’Etat si le gouvernement n’appliquait pas une augmentation.
Cette hausse des prix devait financer la sécurité des réacteurs nucléaires et leur rénovation. Elle devait aussi couvrir la construction de nouveaux réseaux et développer les énergies renouvelables.

8 Septembre
2014
Comparer les offres d'énergie : mode d'emploi

Dans un contexte où il existe une multitude de fournisseurs d'énergie, il n'est pas forcément évident de savoir comment mettre en service l'électricité et le gaz lorsqu'on aménage dans une maison ou un appartement. Quelles sont les démarches à suivre ? D'abord il faut s'informer sur les fournisseurs qui interviennent dans sa région. En ce qui concerne l'électricité, Alterna, Direct Energie, EDF, Enercop, énergem, GDF Suez, Lampiris, Lucia Energie, Lampiris, Planète Oui, Proxelia, Selia... sont autant de fournisseurs qui proposent leurs services aux particuliers. Ensuite il faut comparer les offres d'abonnement proposées par les fournisseurs. Il faut tenir compte du prix, mais pas seulement car il faut vérifier l'évolution du prix. Ce dernier doit être exprimé en TTC et est constitué d'une partie fixe qui est l'abonnement et d'une partie variable qui n'est autre que la consommation.

Pour l'électricité, il faut tenir compte des tarifs heure creuse et heure pleine. Certains fournisseurs proposent des tarifs avantageux pour des abonnements couplés gaz et électricité. Il faut néanmoins comparer les prix séparément. La plupart des fournisseurs d'énergie en ligne présentent des offres d'abonnement spécifiques web avantageuses dont il est recommandé de vérifier les conditions d'application : durée, limitations... Les internautes doivent tenir compte également de l'évolution des prix. Les fournisseurs proposent-ils des tarifs qui suivent les tarifs réglementés (fixés par le pouvoir public et revus tous les ans pour l'électricité ; et tous les mois pour le gaz), des tarifs à prix indexé (en fonction d'une valeur de référence établie dans le contrat d'abonnement) ou des prix libres (fixé librement par le fournisseur et établi dans le contrat). Les internautes doivent s'assurer du service client : les moyens pour le joindre, mais également quels sont les différents modes de paiement.

21 Août
2014
Energie : les offres web des fournisseurs se multiplient

L'ouverture du marché de l'énergie en 2007 a permis à de nouveaux fournisseurs en énergie opérant sur le marché européen a venir en France et aux ménages de quitter EDF et GDF pour changer de fournisseurs d'électricité et de gaz. Ce contexte a poussé les fournisseurs d'énergie dans une sérieuse concurrence en France. C'est d'abord des fournisseurs européens peu connus du grand public Français qui ont trouvé pignon sur rue sur la toile. Ainsi Direct Energie, Poweo, Planète Oui, Enercoop sont autant d'entreprises qui sont apparus sur Internet pour faire connaître leur offre de fourniture d'énergie, que cela soit en gaz ou en électricité. Ces derniers misent ainsi sur des prix attractifs et très concurrentiels ; et pour certains sur une énergie verte afin d'attirer les clients. C'est le cas pour Direct Energie qui a lancé Online, une offre 100% web pour l'abonnement à la fois à la fourniture de gaz et d'électricité. Cette offre « dual » garantit aux internautes un tarif de 10% en dessous des tarifs réglementés.

Cependant longtemps cantonné à proposer sur son site internet des services en ligne comme les factures en ligne, le relevé de compteur, les questions des clients, les réclamations en ligne, EDF a décidé de riposter avec une offre de souscription directement en ligne, baptisée « Happ'e ». Le fournisseur d'électricité historique affirme que les consommateurs peuvent bénéficier d'une remise pouvant s'élever jusqu'à cent euros sur une année. D'après EDF, c'est près de huit millions de ménages (sur vingt six millions au total) qui ont un espace privé en ligne. Alors que le prix du gaz a baissé au mois d'août, le web devrait être la scène de bataille des offres des fournisseurs, qui devraient, d'autant plus, fleurir le web au moment de la rentrée.

06 Août
2014
La facture énergétique des ménages a augmenté en 2013

Selon le bilan énergétique de la France publié par le ministère de l'écologie, les Français ont vu leur facture augmenter de plus de quarante euros par rapport à l'année précédente. Avec une facture moyenne de 3207 euros pour l'année 2013, les ménages ont vu leur dépense en énergie augmenter. Le bilan met en évidence qu'il s'agit des dépenses liées au logement (tels que le chauffage, l'eau chaude, la cuisson) qui sont le plus concernées. Ainsi le rapport indique que la facture atteint 1800 euros pour ce poste de dépense, soit +6% de plus qu'il y a deux ans, selon Les Echos. Les principales raisons : la hausse du prix de consommation de l'électricité et du gaz, qui respectivement sont de 6,5% et 3,9%.

En outre le bilan énergétique de la France relève que les prix des produits pétroliers ont baissé de 5,7% en 2013. Pour l'heure les Français ont dépensé 92 milliards d'euros en énergie, ce qui équivaut à 9,7% de leurs dépenses totales. Face à ce constat, le bilan énergétique de 2014 devrait s'alourdir. En effet les ménages devront s'attendre à une nouvelle augmentation des tarifs d'énergie programmée par les autorités au titre du rattrape des prix énergétiques réglementés. Une information qui ne passe pas inaperçue à l'heure où Ségolène Royal a récemment présenté le projet de loi sur la Transition énergétique au Conseil des Ministres..

Ce projet, qui sera étudié en octobre 2014 au Parlement, a pour but d'instaurer « un nouveau modèle énergétique » en France. La Ministre a notamment énoncé des mesures en vue de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et la production électrique d'origine nucléaire, d'encourager la rénovation thermique, de favoriser la production d'énergie avec les énergies renouvelables.

21 Juillet
2014
Electricité : menace sur le gel des tarifs cet été

Prévu par la loi le mode de calcul du prix réglementé de l'électricité est contesté par les associations de consommateurs. En effet basé sur la loi Nouvelle Organisation du Marché de l'Electricité votée en 2011, le calcul tient compte du prix du marché de gros sans prendre en considération le prix d'approvisionnement affiché par EDF. Toutefois un arrêté fixe pour cet été une augmentation de 5% planifiée et recommandée par la Commission de Régulation de l'Energie pour « permettre un rattrapage à EDF afin que la société couvre ses coûts de production ». Conséquence : les consommateurs pourraient s'attendre à une hausse de leur facture annuelle de 35 euros, voire 50 euros pour les foyers chauffés à l'électricité. Résultats les associations de consommateurs s'inquiètent et ont interpellé Ségolène Royal, Ministre de l'Ecologie.

Cette dernière à l'occasion de la présentation du projet de loi sur la transition énergétique, a affirmé que l'augmentation du prix réglementé de l'électricité prévue pour le premier août prochain sera gelée. Cependant le gouvernement est intervenu pour corriger l'annonce de la Ministre de l'Ecologie : il y aurait bien une hausse des tarifs mais « modérée » à 2%. Cette augmentation se traduirait par un rattrapage qui concernerait 92% des ménages, soit 29 millions de foyers Français. Pour autant la menace pèse sur la limitation de la hausse des tarifs tant promise par l'Etat et Ségolène Royal. Pour rappel, le Conseil d'Etat avait déjà rendu invalide une même décision prise par l'ancien gouvernement en 2012. Pourtant la ministre de l'Ecologie rassure et affirme qu'elle est en train de « négocier avec le fournisseur d'électricité historique pour le pouvoir d'achat ».

02 Juillet
2014
Energie : ouverture du marché remise en cause

Des changements sont en train de s'opérer dans le domaine de l'énergie. Conséquences : ces évolutions pourraient avoir un impact plus ou moins direct sur la consommation des foyers Français. Il y a quelques jours, la Ministre de l'Ecologie, Ségolène Royale qui a présenté le projet de loi sur la Transition énergétique au Conseil des Ministres, a annoncé prévoir de nombreuses mesures permettant de réduire la part de production d'électricité issue de source nucléaire à hauteur de 50% d'ici 2025. Des objectifs qui devront être atteints alors que la Commission de régulation de l'énergie remet un rapport étonnant sur l'ouverture du marché de l'énergie. Chiffres à l'appui, l'institution remet en question la libéralisation de l'énergie en France.

Selon le rapport publié début juillet par la Commission de Régulation de l'Energie, l'ouverture du marché de l'énergie en France a eu des effets discutables sur le prix de l'énergie et la réelle étendue des fournisseurs d'électricité. 10 ans après l'ouverture du marché (d'abord pour les professionnels , puis dans un second temps auprès des particuliers), Jean Gaubert, le médiateur de l'énergie indique que les clients n'ont pas gagné grand chose, voire même le contraire. En effet si on prend l'exemple des industriels Français, le prix de l'électricité a augmenté de 45% et le prix du gaz de 100%.
Les effets se sont faits peu ressentir sur la possibilité de changer de fournisseurs d'énergie alternatifs aux fournisseurs historiques que sont EDF et GDF. Si 90% des clients industriels sont restés chez EDF, seulement un quart des clients ont changé de fournisseur de gaz. Cette situation peut s'expliquer par le fait que EDF est aussi producteur de l'ensemble de l'électricité en France. L'entreprise gère actuellement tout le parc nucléaire et une majorité de la production hydroélectrique. Pour qu'il y ait de véritable effets bénéfiques, la Commission européenne a notamment préconisé d'ouvrir aussi le marché de la production de l'énergie en France. Une préconisation qui ne paraît pas dans le projet de loi sur la transition énergétique...

20 Juin
2014
Energie : Que doit on retenir sur les tarifs EDF et GDF ?

Hausse des tarifs de l'électricité et du gaz, ouverture de la concurrence, intervention du gouvernement et des associations de défense des consommateurs : l'actualité sur les tarifs de l'énergie et des fournisseurs en énergie en France est riche de rebondissements ces derniers mois : récapitulatif éclairé pour enrayer les rumeurs.

Les consommateurs sont préoccupés par leurs factures d'énergie. Un point qu'ils pensent ne pas pouvoir contrôler : hors c'est faux. Avec l'ouverture de la concurrence sur le marché de l'énergie (gaz et électricité), les ménages français ont la possibilité de faire jouer la concurrence des fournisseurs pour trouver le meilleur prix. C'est d'ailleurs ce qu'a voulu prouver UFC Que Choisir avec l'initiative « Gaz moins cher ensemble » réalisée en partenariat avec Lampiris, un fournisseur de gaz. Les consommateurs ayant souscrit à ce dispositif ont pu ainsi économiser 200 euros par an en moyenne. La Commission de Régulation de l'Energie qui a publié un rapport sur le marché du gaz en France parvient à démontrer que les consommateurs bénéficie d'un choix plus large d'offres. Par ailleurs il faut savoir que la règle de calcul des prix réglementé sera revue en juillet 2014.

En ce qui concerne les tarifs de l'électricité, la Commission de Régulation de l'Energie indique qu'il faut envisager une hausse inévitable des prix à cause de la demande d'investissement sur les infrastructures de production d'énergie. Cette dernière avait préconisé une hausse des prix de l'électricité en plusieurs étapes de 5% que le gouvernement avait limité à 2%. Hors cette hausse a finalement été étendue à 5% sur les tarifs de cet été et les consommateurs devront donc s'attendre à une augmentation de 40 euros sur les factures rétroactives. Une nouvelle hausse de 5% devrait avoir également lieu en août 2015. Il existe enfin une solution pour que les hausses du tarif cesse : réviser la règle de fixation des tarifs réglementés et en parallèle le gouvernement et EDF devraient signer une contrat de partenariat. De cette manière EDF serait obligé de respecter l'évolution des prix réglementaires à la hausse ou à la baisse.

Enfin GDF Suez fausserait le jeu de la concurrence en utilisant le fichier client ayant le tarif réglementé en vigueur pour les démarcher. Le fournisseur leur ferait croire qu'il y a une période d'engagement de deux ans. Ce qu'une association de consommateurs conteste. En effet il n'en est rien : selon la loi, les consommateurs ont le droit de quitter leur fournisseur comme bon leur semble et sans frais de résiliation. L'association a donc saisi l'Autorité de la Concurrence pour pratique anti-concurrentielles.

06 Juin
2014
Augmentation du prix de l 'énergie : les Français sont-ils prêts ?

A la question « Les Français sont-ils prêts à payer plus leur facture énergétique ? », l'IFOP indique « Pas si sûr ». Rappel du contexte : la Commission Européenne impose aux pays de l'Union européenne d'introduire les énergies renouvelables à hauteur de 20% dans la consommation d'énergie de chaque pays. Actuellement les énergies renouvelables consommées en France atteignent 13% du total des énergies. L'IFOP a cherché à jauger si les Français étaient prêts à s'investir économiquement pour atteindre cet objectif et jusqu'à quel prix.

L'étude de l'IFOP révèle que près d'un Français sur deux (48%) n'accepterait pas une augmentation de sa facture tandis qu'un Français sur cinq (21%) se dit prêt à accepter une augmentation de moins de 4% pour contribuer à l'effort du passage aux énergies renouvelables. Une information que ne doivent pas négliger les politiques dans la mise en œuvre de leur dispositif national énergétique. Par ailleurs un autre problème se pose celui de la précarité énergétique grandissante. Les consommateurs seront ils capables de régler leur facture d'énergie (gaz et électricité confondus)? Pas si sûr non plus. En effet le médiateur de l'énergie tire la sonnette d'alarme dans un rapport publié en début de semaine. Il indique que ce sont 60 000 foyers qui ont eut une coupure pour impayés et 87 000 se sont vu réduire la puissance d'électricité au premier semestre 2014. La dette des consommateurs s'élève à 1 900 euros en moyenne. Tandis que la précarité énergétique risque d'augmenter avec la hausse du prix de l'énergie, le médiateur de l'énergie préconise notamment l'instauration d'un chèque énergie dans le but de lutter contre la pauvreté.

23 Mai
2014
Astucio, l'offre de gaz d'Eni pour faire bouger la concurrence

Une étude publiée par le CSA consacrée aux relations des consommateurs vis à vis de leur fournisseur d'énergie montre une certaine forme d'immobilisme. En effet c'est 55% des personnes interrogées qui savent qu'il est possible de changer de fournisseur d'énergie. Parmi ces répondants, seul 9% ont réellement quitté EDF-GDF pour un autre fournisseur concurrent. C'est la raison pour laquelle Eni, le fournisseur de gaz d'origine italienne, a développé, Astucio, une offre commerciale attractive.

Avec Astucio, le fournisseur de gaz propose ainsi un prix qui ne change pas pendant trois ans. Eni garantit ainsi aux particuliers un tarif qui sera toujours inférieur au moins à trois pour cent par rapport au prix réglementé du marché. Dans le cas où le prix réglementé baisse, Eni promet de revoir à la baisse son prix. Par ailleurs les clients de Eni sont libres de changer d'offre et de fournisseur à tout moment sans frais de résiliation. Avec cette promesse, le fournisseur « au lion crachant du feu » est certain de donner un coup de pied dans la fourmilière. Comptant déjà 300 000 clients depuis son arrivée sur le marché en France, le fournisseur espère capter 600 000 nouveaux clients d'ici trois ans. Si les usagers consomment 13000 kWh en moyenne chaque année, ils pourront choisir parmi les quatre offres Astucio déclinées suivantes. Avec un abonnement annuel de 219,99 euros, Astucio Eco revient à 728,26 euros, Astucio Assistance à 771,81 euros, Astucio Planète à 786,37 euros ou Essentiel à 700,57 euros. Par ailleurs Astucio est accompagnée d'une offre promotionnelle équivalente à deux mois d'abonnement remboursés la première année, valable jusqu'au trois juin 2014..

05 Mai
2014
« Gaz moins cher ensemble » : une opération réussie

A l'heure où le prix des tarifs réglementés de l'énergie ont tendance à augmenter et fait des émules auprès des politiques et des institutions, l'association de défense des consommateurs UFC Que Choisir a décidé de réagir pour la consommation en lançant une opération « Gaz moins cher ensemble » : un dispositif visant à obtenir l'offre de gaz la moins chère du marché des fournisseurs d'énergie. Pour rappel, les consommateurs désireux de faire baisser le prix de leur facture en gaz étaient invités par l'UFC Que Choisir à venir s'inscrire sur le site Gazmoinscherensemble.fr jusqu'à la fin du mois de janvier. Le but était de se grouper pour obtenir la garantie de bénéficier d'un meilleur prix proposé par le fournisseur de gaz Lampiris. L'opérateur s'était engagé à fournir un tarif plus avantageux que ses concurrents aux consommateurs le sollicitant via le site gazmoinscherensemble.fr.
Une opération plutôt réussie puisque c'est près de 71 000 personnes qui ont, au final, accepté qu'une offre d'abonnement personnalisée leur soit proposée par la société Lampiris. D'après l'association de défenses des consommateurs, avec une consommation annuelle de 17 600 kWh, l'économie sur une année est de 194 euros pour les abonnés. Lampiris présente en effet la meilleure offre tarifaire sur le marché de fourniture du gaz : elle était de 15,5% moins chère que celle du marché réglementé au premier février 2014. Cette initiative a pu donc permettre de faire prendre conscience au grand public et plus particulièrement aux consommateurs d'énergie qu'il est possible de « faire jouer la concurrence » et de multiplier « leur liberté de choix d'un fournisseur ». Une démarche aux résultats concluants qui au final est plus positive que « des années d'actions juduciaires en matière de clauses abusives énergie » d'après l'association.

18 Avril
2014
Happ'e, nouveau venu sur le marché de l'énergie en ligne

Depuis février dernier, GDF Suez a lancé timidement Happ'e une nouvelle offre d'électricité 100% en ligne qui devrait réjouir les consommateurs avertis du web. Happ'e est une offensive du fournisseur de gaz historique en réponse aux offres lancées par EDF, Direct Energie, ENI et Lampiris, concurrents arrivés à l'ouverture du marché de l'énergie en France qui s'est opérée en 2007. GDF avait effectivement investi le marché de l'électricité à son tour. Si GDF Suez indique avoir 2 millions de clients pour ce qui est de l'électricité, le fournisseur table sur 5 millions de clients d'ici 2018 avec son offre d'électricité en ligne Happ'e.

Concernant l'offre tarifaire, même si elle est moindre, Happ'e propose des prix moins chers que les tarifs réglementés : la différence est de 0,2%. Elle se démarque cependant grâce à une offre de fidélité tout du moins originale. Happ'e propose en effet d'offrir 24 jours de consommation en électricité, soit l'équivalent de 299 euros, si les clients se fournissent en électricité pendant deux ans. D'après le site Fournisseurs-electricité.com, cette offre est limitée puisque l'opérateur se base sur un exemple de clients disposant d'un compteur fonctionnant sous la puissance de 36kWA avec option heures pleines/heures creuses. Le site fait remarquer que la majorité des clients sont le plus souvent équipés avec des compteur dont la puissance est comprise entre 6 et 12 kWA.

GDF Suez compte développer son offre en ligne en élargissant son service à la fourniture de gaz. Le fournisseur souhaite mettre en place par ailleurs de nouveau services complémentaires basés sur la personnalisation. Ainsi GDF Suez serait en train de concevoir des offres d'abonnement spécifiques et moins chères comme des contrats de fourniture d'électricité ou de gaz pour la semaine ou pour le week-end. Pour l'heure reste à voir quel accueil les français réservent à Happ'e lancé depuis seulement quatre mois.

07 Avril
2014
Electricité : la hausse des prix inévitable

La décision est tombée en tout début de semaine dernière : le conseil d'Etat oblige le gouvernement à augmenter le prix réglementé de l'électricité. Ce dernier, pour préserver le pouvoir d'achat des particuliers, avait publié un arrêté limitant ainsi l'augmentation du prix réglementé de l'électricité à 2%. Cette décision faisait suite à la recommandation de la Commission de Régulation de l'Energie (CRE) qui avait pourtant évalué une hausse des tarifs appliqués à la consommation des particuliers à 9,6% en 2013 puis à 3,2% en 2014 et en 2015. La principale raison de cette augmentation : les charges de plus en plus importantes de l'opérateur historique. EDF doit notamment subvenir aux dépenses d'entretien et de mises en sécurité de ses centrales nucléaires. La Commission de Régulation de l'Energie s'était en effet basée sur les besoins d'EDF pour fixer ce seuil d'évolution des prix.

Par ailleurs la limitation à 2% du gouvernement a été attaquée par les concurrents directs d'EDF (dont Direct Energie, Eni, Lampiris) regroupés en association, l'ANODE. Ils contestaient en effet le fait que le gouvernement limite l'augmentation du prix de l'électricité à 2% alors qu'elle devrait être de 9,3% en 2013. L'arrêté pris par le gouvernement est donc annulé par le Conseil d'Etat. Cependant il reste aux consommateurs à savoir à combien sera fixée cette augmentation. Conséquence : ce sont 27 millions de consommateurs, la majorité des ménages en France qui sont concernés par cette augmentation. Par ailleurs l'association de défense de consommateurs UFC Que Choisir demande à ce qu'un audit soit réalisé sur les coûts d'EDF.

21 Mars
2014
Gaz et électricité : les opérateurs gagnent du terrain

L'opération d'UFC Que Choisir a t-elle porté ses fruits ? En tout cas, les consommateurs semblent avoir adopter de nouveaux comportements pour se fournir en énergie. Une étude publiée par la Commission de Régulation de l'Energie mi mars montre que les consommateurs quittent peu à peu EDF et GDF Suez, les fournisseurs de gaz et d'électricité historiques. L'étude met notamment en évidence une forte accélération des départs des abonnés au mois d'août au moment où EDF a annoncé une augmentation de 5% sur ses tarifs d'électricité. Au quatrième trimestre, les consommateurs auront été près de 133 000 à quitter EDF pour souscrire un autre contrat auprès de fournisseurs alternatifs, soit deux fois plus qu'au trimestre dernier. La raison : les prix moins élevés du fait qu'ils n'aient pas augmenté chez les concurrents. Les observateur ont noté une différence des tarifs sur l'électricité entre l'opérateur historique et les concurrents variant entre 5 et 6%. Un écart de prix cependant limité selon Nicolas Mouchnino, de l'association UFC-Que Choisir. Il précise d'ailleurs que l'économie pour les consommateurs est de 40 à 60 euros par an selon le contrat qu'ils auront établi. Mais le phénomène se constate davantage avec le gaz. En effet depuis 2005, on observe une augmentation de 80% des prix du gaz. Les chiffres sont plus éloquents avec le départ de 238 000 clients de GDR Suez : un chiffre égale à celui du troisième trimestre. La différence tarifaire avec GDF Suez est encore plus importante avec un gain de 122 euros en moyenne chaque année en changeant pour l'un des opérateurs alternatifs.

Les consommateurs sont bel et bien en train de changer leur comportement en comparant les offres des fournisseurs d'énergie avant de choisir un contrat d'électricité ou de gaz. Une tendance qui pourrait s'accélérer notamment pour le gaz selon les observateurs.

4 Mars
2014
Prix du gaz : doit-on s'attendre à un effet montagne russe ?

Loi des Tarifs réglementés oblige, les consommateurs doivent désormais s'attendre à une danse des tarifs un coup à la hausse, un coup à la baisse. Après deux mois consécutifs d'une monté du prix du gaz, le premier mars 2014, Gaz de France (GDF) baisse ses tarifs. Depuis 2012, date de la réforme permettant une souplesse dans la fixation des prix par les fournisseurs d'énergie, les prix du gaz n'avaient jamais autant explosé qu'en 2013. La baisse du tarifs du gaz est donc une bonne nouvelle pour les consommateurs.

Avec près de 1,20% en moyenne, l'évolution du prix n'aura pas le même impact sur la facture des consommateurs. En effet le tarif varie en fonction du type de contrat choisi. Ainsi les clients qui ont un contrat au tarif réglementé verront le montant de leur facture baisser. Tandis que pour les contrats prévoyant un prix de marché fixe, cette baisse n'a pas d'influence pour les consommateurs. En effet les contrats du fournisseur de gaz prévoient de bloquer les tarifs pour une durée variant de un, deux ou trois ans selon les cas. La baisse du prix du gaz concerne près de neuf millions de foyers, encore et toujours clients du fournisseur historique, Gaz de France.

Depuis l'ouverture du marché de l'énergie en 2007, c'est seulement deux millions de foyers qui ont comparé les tarifs des offres d'énergie de nouveaux arrivants. Ils ont quitté GDF pour profiter de prix parfois plus attractifs que le fournisseur historique. L'association UFC Que Choisir a d'ailleurs participé à l'opération « Gaz moins cher en France » dans le but de faire prendre conscience aux consommateurs sur les avantages tarifs des fournisseurs d'énergie concurrents. Le dispositif a permis de faire réaliser 200 euros par an pour 70 000 foyers en changeant de fournisseur d'énergie.

21 Février
2014
Chauffage bois : attention à la qualification des artisans

Dans le cadre de la politique énergétique Européenne, le Ministère de l'Ecologie a mis en place des dispositifs permettant aux Français de faire des économies d'énergie. Ainsi les particuliers bénéficient d'un crédit sur leur impôts (aussi nommé « crédit d'impôt vert » et « crédit d'impôt développement durable »). Ils peuvent déduire de leur impôt le montant correspondant aux dépenses des travaux effectués sur leur habitat en vue d'améliorer leur performance énergétique.

Par ailleurs toutes personnes faisant l'acquisition de matériel performants se voient aussi attribuer des certificat d'économie d'énergie (appelés CEE). C'est le cas des foyers ayant fait l'acquisition d'une nouvelle chaudière bois. Or certains particuliers devront s'attendre à connaître des difficultés pour récupérer les certificats d'énergie. Le ministère de l'Ecologie a en effet durci les conditions d'obtention des CEE pour les particuliers. Ces derniers doivent désormais faire appel à des artisans qui doivent non seulement être formés selon la qualification Qualibois, mais ils doivent aussi avoir la qualification Qualibois ; ce que les artisans n'ont pas forcément du fait de la longue procédure de vérification administrative. Les personnes qui font les démarches pour récupérer les CEE se retrouvent donc face à une réponse négative avec pour motif que leur dossier n'est pas conforme à la règle.

L'association UFC Que Choisir déplore que cette modification des règles d'attribution des CEE ne soit pas en cohérence avec celles du crédit d'impôt qui n'exige pas de passer par un artisan qualifié. De plus elle affirme que la couverture en artisans certifiés est insuffisante. En effet UFC Que Choisir indique que « il y a 1994 entreprises qualifiées en France ; l'équivalent de 1 artisan pour 100 000 habitants en Languedoc-Rousillon et en Corse ; et deux entreprises pour 100 000 habitants en Picardie, en Provence-Alpes-Côted'Azur, dans le Nord-Pas-de-Calais, en Hautes Normandie et dans le Centre ».
Les particuliers ont tout intérêt à vérifier si l'artisan auquel ils feront appel sont bien qualifiés pour être certains de bénéficier des Certificats d'énergie.

5 Février
2014
Wiser : une box pour réduire sa consommation d'énergie

Développée par le groupe Schneider Electric, Wiser est une box qui a vocation à réduire la consommation d'énergie des foyers à hauteur de 30% : soit le double de la plupart des dispositifs de régulation des consommations d'énergie jusqu'alors déjà sur le marché en France. Son fonctionnement est simple, cette boite connectée à l'ensemble des appareils électriques de la maison permet de les piloter depuis son smartphone ou sa tablette numérique.

Wiser est plus qu'un simple dispositif de régulation selon le groupe Schneider, cette innovation donne plus de souplesse dans les réglages des appareils électrique de la maison. En effet depuis son mobile ou son ordinateur il est possible de couper le chauffage d'une pièce inoccupée, de baisser ou d'augmenter la température de toutes les pièces de la maison de manière indépendante ou encore de programmer l'allumage du chauffe-eau aux horaires souhaités. Schneider Electric propose aussi de piloter les prises électriques du logement ; ce qui permet aux appareils restés en veille d'être éteints sans faire le tour de toutes ses prises de courant. Selon les concepteurs de Wiser, la box connectée permet de réduire de 10% la consommation en électricité des appareils en veille.

Cette technologie sans fil est vendue avec un dispositif de modules adaptateurs pour chaque appareil électroménager. Il faut donc prévoir un investissement pour l'équipement d'une moyenne de 1000 euros pour trois pièces, selon l'association, UFC Que Choisir. L'association de défense des consommateurs rappelle aussi que pour avoir la garantie de l'installation du système, il vaut mieux passer par les services d'un professionnel. Même raisons pour pouvoir prétendre à un crédit d'impôt de 15%.

Wiser saura convaincre les amateurs de nouvelles technologies et d'applications pour mobile , cependant UFC Que Choisir émet un bémol sur les réelles économies de coûts liés à la consommation d'énergie.

21 Janvier
2014
Tribu, l'offre de Direct Energie qui surfe sur Linky

Les ratés de Linky font le bonheur d'autres fournisseurs en énergie ; c'est ce qu'avait annoncé l'association de consommateurs UFC Que Choisir. En effet le projet d'équiper les foyers en compteurs Linky prévoyait notamment d'afficher la consommation réelle de l'électricité des abonnés. Or cette fonctionnalité (qui en faisait son intérêt) a été abandonnée ; et les concurrents ne se sont pas faits attendre pour mettre au point et développer une offre commerciale qui inclut ce service.

Ainsi c'est ce qu'a fait Direct Energie avec son offre Tribu. Connu pour son offre d'électricité alternatif et ses services à bas prix, le fournisseur d'électricité est présent sur le marché français depuis 2007. En effet Direct Energie propose actuellement un tarif du Kwh moins élevé que le tarifs réglementé de EDF. Avec son contrat Tribu, Direct Energie souhaite convaincre les consommateurs équipés en compteur Linky. Le fournisseur d'électricité propose ainsi à ses clients de suivre leurs consommations d'électricité au jour le jour avec la Box Tribu pour 6,80 euros par mois. Direct Energie propose l'avantage aux consommateurs de régler leurs factures calculées sur la consommation réelle et non plus sur une estimation. L'offre Tribu inclut aussi un service de coaching en énergie, la fourniture de capteur de mouvement permettant de en faire fonctionner thermostat et interrupteurs dans le but de maitriser la consommation en énergie des foyers. D'autre part Direct énergie étend même son service à la fourniture de détecteur de fumée, une obligation qui entrera en vigueur pour les ménages dès 2015.

Avec sa nouvelle offre d'abonnement Tribu, Direct Enegie est le premier fournisseur en électricité à surenchérir sur le compteur Lynky : un fait qui pourrait se reproduire avec d'autres fournisseurs en énergie.

07 Janvier
2014
Prix du gaz : quelle hausse ? pour qui ?

11 millions, c'est le nombre de foyers concernés par la hausse des tarifs du gaz en janvier 2013. En effet depuis la réforme de 2012, les tarifs sur le prix de l'énergie encadrés par l'Etat, sont réévalués chaque mois. La Commission de régulation de l'énergie a donné des indications dans une délibération faite le 20 décembre dernier. Les abonnés au gaz distribué par l'opérateur GDF Suez vont par conséquent voir leur facture augmenter de 0,38% en moyenne. La hausse du prix sera respectivement de 0,3% pour les six millions de foyers chauffés au gaz naturel et de 0,1 à 0,2% pour les ménages équipés en gaz pour la cuisson et l'eau chaude précise la commission de régulation de l'énergie. Cette hausse était prévue puisque les fournisseurs d'énergie avaient antérieurement manifesté leur intention d'augmenter leur prix jusqu'alors plafonnés. En décembre 2012, l'Etat avait alors garanti qu'il n'y aurait pas d'augmentation courant de l'année 2012. Il avait même été convenu avec les fournisseurs et opérateurs d'énergie, que les hausses des tarifs entamées au cours du mois de janvier 2013, ne devaient pas dépasser 0,5%.

Il faut noter aussi le fait que les foyers dotés d'un chauffage collectif recevront une facture rétroactive du fait de l'annulation d'un tarif réglementé (qualifié d'injuste par le Conseil d'Etat) pour la période des six premiers mois de 2012. L'augmentation serait d'un montant moyen de 30 euros avec les taxes comprises.

Enfin l'année prochaine, les consommateurs devront s'attendre en plus d'une potentielle augmentation des tarifs réglementés, de l'application de la « taxe intérieure sur la consommation de gaz naturel », une taxe jusqu'alors gelée à cause du dispositif « contribution climat énergie », plus connu sous le nom de « taxe carbone ».

16 Décembre
2013
Gazpar, compteur innovant dans tous les foyers d'ici 2022

Gazpar est le compteur de gaz du futur. Testé entre avril 2010 et juin 2011 auprès de 18 500 foyers pilotes, il a pour but de révolutionner le comptage de la consommation de gaz en supprimant les intermédiaires entre le client et les fournisseurs. Ainsi, GrDF annonce que les agents venant deux fois par an pour ajuster la consommation réelle par rapport à la consommation estimée dans les foyers devraient disparaitre grâce à Gazpar.

Le lancement de ce compteur intelligent a été annoncé le 25 novembre par le gouvernement. Il devrait d'abord être expérimenté dans environ 150 000 foyers entre 2015 et 2016 avant d'être peu à peu démocratisé entre 2017 et 2022 dans les 11 millions de foyers consommant du gaz. Soit une installation de 5 000 compteurs chaque jour durant cette période annonce la président de GrDF.

L'avantage numéro un de ce compteur est la possibilité de suivre en temps réelle sa consommation d'énergie et l'envoi systématique des relevés. Cela permet de gagner du temps mais cela devrait également être un moyen de diminuer la consommation d'énergie moyenne de 1,5 % par foyer d'après la Commission de régulation de l'énergie.

Pour résumer, Gazpar c'est un compteur de gaz imposé (on ne peut pas refuser), plus proche de la réalité et permettant une lecture de sa consommation de gaz plus fiable et plus fréquente. Il permet aux fournisseurs de gaz d'avoir un accès instantané aux données de consommation.

6 Décembre
2013
Prime de l'énergie : Mode d'emploi

Le Ministère de l'écologie du développement Durable et de l'énergie a instauré une prime d'énergie de 1350 € pour aider les ménages à rénover leur logement.

Cette prime concerne les ménages à revenus modestes (moins de 25 000 € de revenu fiscal pour une personne seule, 50 000 € pour une famille de quatre). Il faut être propriétaire de son logement et y faire des travaux lourds, dans le but d'économiser de l'énergie. Cela ne concerne pas la résidence secondaire ni le logement que l'on propose à la location. Le logement doit se trouver en France et être terminé depuis plus de deux années. Il ne doit pas être concerné par une autre demande de prime. Il ne doit pas recevoir le soutien de l'ANAH. Mais cette aide peut s'ajouter au crédit d'impôt développement durable ou au prêt à taux zéro.

Les travaux doivent être effectués par des professionnels. Ils doivent concerner au moins deux des secteurs suivants : isolation thermique de toute la toiture, de la moitié des murs extérieurs (ou plus), de la moitié des vitres extérieures (ou plus), ou pose d'une chaudière à condensation ou de pompe à chaleur (qui ne soit pas air/air), installation de chauffage à bois ou à biomasse, pose de système de production d'eau chaude à partir d'énergie renouvelable. Le site du ministère fournit les renseignements nécessaires. Pour bénéficier de cette prime, il faut faire une demande préalable aux travaux auprès de l'Agence de Services et de Paiement. Puis, après leur réalisation et avant que 18 mois ne soient écoulés, il faut envoyer une attestation de fin de travaux signée par les entrepreneurs, un double des factures et un RIB. Cette prime est en vigueur entre le 31 mai 2013 et le 31 décembre 2015.

18 Novembre
2013
Prix de l'énergie : UFC Que Choisir monte au créneau

Eau, électricité, gaz : les tarifs de l'énergie augmentent considérablement depuis plus d'un an. Conséquences : les ménages ont de plus en plus de mal à régler leur facture de gaz ou d'électricité. Depuis quelques mois, UFC Que Choisir tire la sonnette d'alarme auprès des pouvoirs publics et a récemment lancé une campagne auprès du grand public pour faire baisser le prix du gaz, baptisée « Gaz moins cher ensemble ». Une opération, tout du moins originale et unique en son genre, qui s'inspire du principe de l'achat groupé. Il faut savoir que depuis 2007 le marché des énergies est ouvert à la concurrence, supprimant ainsi la situation de monopole des fournisseurs français EDF et GDF. Pourtant il faut savoir que 11 millions de foyers consomment toujours le gaz de GDF. L'association de défense des consommateurs présente une alternative aux usagers pour leur permettre de réduire leur facture de gaz avec Lampiris, le seul fournisseur de gaz ayant accepté de collaborer avec UFC Que Choisir. Le fournisseur propose donc aux ménages qui s'inscrivent une réduction de 13% sur le tarifs réglementé du Kwh d'octobre ainsi qu'une réduction supplémentaire qui tient compte du nombre d'usagers inscrits. Les inscriptions sur le site du fournisseur pourront se réaliser jusqu'au 26 novembre 2013, date à laquelle l'offre complète et définitive sera annoncée par Lampiris. A partir du 7 décembre, chaque personnes inscrites se verra alors proposer une offre personnalisée.

18 Octobre
2013
Planète Oui, un fournisseur d'électricité 100% renouvelable

La hausse du prix de l'électricité est inéluctable. Malgré l'annonce du gouvernement sur le fait que tes tarifs de l'énergie n'augmenteraient pas, depuis le 1er août 2013, l'électricité augmente de 5%. Conséquence les particuliers qui se chauffent à l'électricité pourront constater une hausse de leur facture de 50 euros en moyenne. Il faut noter que l'Autorité de Régulation de l'Energie avait de son coté aiguillé sur une augmentation de 9,6% en août puis une seconde de 7,6% avant la fin de l'année. Le gouvernement a donc opté pour protéger le pouvoir d'achat des ménages en lissant ces augmentations sur deux ans. Il est donc prévue une nouvelle augmentation de 5% l'année prochaine à la même période. C'est pourquoi bon nombre d'observateurs préconisent d'investir dans d'autres solutions d'économie d'énergie.

Parmi les fournisseurs d'énergie alternative, Planète Oui sort du lot. Ce fournisseur d'électricité mise sur l'originalité de son offre en proposant une électricité provenant de la production hydraulique, de l'éolien, du solaire ou des biomasses. Planète Oui propose un programme permettant de multiplier les ressources en électricité. Planète Oui investit également dans de nouvelles ressources permettant ainsi l'amélioration et la maitrise de la consommation d'énergie. A cet effet 20% des bénéfices de Planète Oui est réinjecté dans l'investissement de la production d'énergie renouvelable en France correspondant au Grenelle de l'Environnement. L'offre de planète Oui entant que fournisseur se distingue des autres fournisseurs d'énergie de part son originalité. D'une part les particuliers disposent de 20% de réduction sur leur abonnement s'ils ont souscrit au services Electrécolo et Electroconso. Avec l'option « coup de pouce » les particuliers ont la garantie de pouvoir bénéficier de 20% d'énergie alternative provenant de l'éolien, du solaire et des énergie de biomasse. Les clients de Planète Oui bénéficient notamment d'un nouvel espace client sur le web leur permettant d'avoir accès à leur abonnement et leurs consommations.

Ainsi le fournisseur d'électricité, Planète Oui va au delà de la simple fourniture d'énergie et d'un tarif avantageux, il favorise aussi le développement d'énergie renouvelable chez les particuliers en France.

18 Mars
2013
Salon ENERG’ILES 2013 : quel bilan ?

Du 30 mai au 1er juin 2013, s'est tenu à Ajaccio, le premier salon « Energ’îles » sur l'autonomie énergétique. Cette édition, placée sous le haut patronage de Delphine Batho, a permis d'aborder des sujets importants tels que l’autonomie et la maîtrise des consommations. Au menu du salon, un colloque sur le thème de l'autonomie énergétique a réuni les représentants de plusieurs départements d'outre-mer.

Le salon ENERG’ILES entendait toucher du doigt la problématique énergétique des territoires insulaires. Celles-ci ont, en effet, des contraintes en matière énergétique qui exigent l'élaboration de politiques énergétiques particulières par l'intermédiaire de la recherche, l'innovation et l'expérimentation. C'est donc pour aborder cette question que la collectivité territoriale de Corse a accueilli, du 30 mai au 1er juin 2013, le Salon Energ'Iles. Cet événement a réuni des experts , des représentants du monde institutionnel, associatif et économique, tout en étant ouvert au grand public. Cette édition se situait dans le cadre du débat National sur la Transition énergétique. Des invités venants du Royaume-Uni, de la Grèce(’île d’Ikaria), de l'Espagne(El Hierro) et du Danemark étaient également conviés à cette occasion, afin de partager leur expérience. Cinq espaces d'information étaient ouverts au cours de l'événement.

Colloque sur l'autonomie énergétique

Un colloque sur le thème de l'opportunité énergétique pour les îles a été animé par le directeur du Réseau pour la transition énergétique, Raphaël CLAUSTRE. Plusieurs intervenants des départements d'outre-mer ont pu s'exprimer lors de cette rencontre. Étaient présents, comme invités d'Honneur à cette occasion, les îles de la Martinique et de la Réunion.

Projets d'avenir

En se rendant à Ajaccio pour visiter le Salon "Energ'iles", Delphine Batho, Ministre de l’Environnement et de l’Énergie, a pu prendre connaissance de plusieurs projets énergétiques. Parmi ceux qui lui ont été présentés figure le projet ambitieux MYRTE (mission hydrogène renouvelable pour l’intégration au réseau électrique). Il s'agit d’une plateforme dont le but est de développer des procédés de stockage de l'énergie solaire par des technologies hydrogène. En outre, plusieurs ateliers ont permis d'évoquer des questions portant sur les réseaux intelligents, le stockage de l’énergie, la mobilité et le transport durable.

17 Juin
2013
Electricité : Le gouvernement exclut une hausse des tarifs d'EDF cet été

La commission de régulation de l'énergie(CRE) a publié un rapport préconisant la hausse des tarifs EDF pour les particuliers de 9,6 % cet été. Ce rapport ne pouvait pas aussi mal tomber pour le gouvernement Hollande qui s’est empressé d'exclure une hausse immédiate du prix de l’énergie.

Une hausse des tarifs programmée : pour quelles raisons ?

Selon le rapport de la commission de régulation de l'énergie, EDF doit augmenter ses tarifs de 6,8% à 9,6% cet été, afin de permettre à l'entreprise de couvrir ses coûts de production. Cette hausse, si elle doit permettre de couvrir les coûts de production d'EDF, est préconisée par la loi, si on 'en réfère au décret du 12 août 2009. Il y a un écart de 1,47 milliard d'euros entre les coûts de production d'EDF et les tarifs 2012, a fait savoir la CRE dans le but de justifier la mesure qu'elle préconise. Il faut savoir que les coûts de production d'EDF sont en hausse continue depuis plusieurs années, en raison des investissements effectués et du développement des énergies renouvelables. Ainsi, la même commission avait prévenu, l'an dernier, qu’une hausse de 30% du prix de l'électricité était nécessaire d’ici 2016.

La réaction du gouvernement

La commission de la régulation de l'énergie a précisé que c'était au gouvernement de décider d'une hausse des tarifs de l'énergie en concertation avec EDF. Mais, pour les autorités françaises, ce n'est certainement pas le moment rêvé pour assumer une hausse de cette envergure. On est en temps de crise et le pouvoir d'achat est “menacé”.
Au sortir d'un conseil de ministres, ce mercredi, la ministre de l’Énergie Delphine Batho a expliqué qu'une "telle hausse de l'électricité cumulée au regard du pouvoir d'achat des Français" n'était pas du tout acceptable. Selon Najat Vallaud-Belkacem, la porte-parole du gouvernement, le Président Hollande a lui-même exclut la possibilité de recourir pour le moment à un tel rattrapage sur les tarifs d'EDF, «compte tenu du niveau du pouvoir d'achat». La ministre de l'énergie s’est tout de même montrée prudente, en précisant que le gouvernement se prononcerait en tenant aussi bien compte des coûts de production d'EDF que du pouvoir d'achat. En d'autres termes, une hausse future n'est pas à exclure.

18 Mars
2013
Enquête CSA sur le compteur Linky de l'ERDF + quel intérêts pour les usagers ?

Afin de juger de l'efficacité du compteur Linky d'ERDF, l'institut CSA a mené une enquête auprès du public. Les résultats de cette enquête ont révélé que de nombreux usagers ne connaissent même pas l'existence de ce compteur.

Plus de 1000 personnes ont été interrogées par l'institut CSA lors de cette enquête. Les personnes soumises au sondage ont été sélectionnées de manière à représenter la population française. Et force est de constate que près de 70% de ces individus n'ont jamais eu vent du projet Linky, le compteur communiquant d'ERDF. Néanmoins, plus de 50% d'entre eux se disent favorables à l'installation de ce compteur intelligent. Un peu plus de 60% déclarent même que ce projet permettra de mieux gérer sa consommation en électricité pour protéger au mieux l'environnement. Une partie de ces derniers comptent même sur ce dispositif pour réduire leurs factures. Près de 90% des sondés affirment qu'ils sont prêts à changer leurs habitudes de consommation de sorte à atteindre cet objectif d'économie. La plupart de ces personnes ont, par ailleurs, avoué qu'ils procèdent à ce changement pour démontrer leur intérêt pour l'environnement. Parmi ces usagers désireux de modifier leurs habitudes, la moitié aimerait accéder à leur historique de consommation en ligne tandis que l'autre moitié souhaite adhérer à une option d'alerte. Ainsi, ils seront informés lorsqu'ils dépassent la limite qu'ils ont préalablement établie.

Linky est ce qu'on appelle un compteur intelligent. Ce dispositif est doté de technologies avancées. Ces derniers donnent accès à différentes options permettant d'identifier la consommation énergétique de chaque ménage ou toute autre catégorie de consommateurs. Grâce à son intelligence, le système peut déterminer quel appareil fait grimper la facture en temps réel. Il donne également l'alerte en cas de perte ou de fuite d'énergie ou encore en cas de micro coupure. Les foyers qui utilisent Linky peuvent donc contrôler leur consommation. Du côté des entreprises, les fonctionnalités de ce compteur offrent un gain de productivité. Elles n'ont plus à engager des personnes chargées de relever le compteur. Les compagnies ont même la possibilité de demander une gestion à distance pour plus de facilité. L'alerte peut être donnée par téléphone ou par mail ou par les deux voies. À savoir que Linky sera bientôt fonctionnel. Et c'est, d'ailleurs, pour cette installation imminente que l'institut CSA a mené cette enquête. Grâce aux résultats obtenus, ERDF peut apporter les dernières modifications pour parfaire le système. Les usagers sont conscients des avantages apportés par ce dispositif. Ils pourront non seulement garde un oeil sur leur consommation, mais ils peuvent à la fois réduire leurs dépenses en énergie tout en économisant sur leurs factures. Ce sont autant de points qui devraient stimuler les motivations des consommateurs à se tourner vers ce compteur. C'est un appareil indispensable dans une période comme aujourd'hui où la crise financière fait rage et où la planète souffre d'une certaine indifférence face aux problèmes environnementaux.

22 Fev
2013
Projet photovoltaïque : les bons réflexes

C'est près de 8 à 22% de l'énergie solaire qui peut être convertie en électricité, et ce , avec des technologies de plus en plus prenant la forme de module photovoltaïque raccordé au réseau d'EDF, le premier fournisseur d'électricité historique de France. Les techniques de production et d'acheminement d'électricité ayant évolué, le gouvernement a mis en place une politique d'équipement en photovoltaïque auprès des particuliers. Installer des panneaux photovoltaïques solaires sur le toit de sa maison peut avoir plusieurs intérêts comme faire des économies en dépense d'énergie et gagner de l'argent en revendant son électricité au fournisseur d'électricité historique. Toutefois il faut prendre des précautions en s'informant bien du point de vue de la réglementation et des aides financières avant de se lancer dans un projet d'installation de panneaux photovoltaïques pour éviter les surprises.

Certains aspects techniques importants sont à prendre en considération comme d'abord de bien s'assurer que sa résidence se situe dans une zone suffisamment ensoleillée en consultant la carte de rayonnement solaire en France. Il convient également de vérifier l'orientation, l'inclinaison et l'état de son toit sachant qu'une orientation plein sud et une inclinaison de 30° sont recommandés dans l'idéal. En tant que maitre d'oeuvre, il faut savoir certaines choses pour bien choisir un installateur de panneaux photovoltaïques. Les installateurs sont des professionnels devant être agrémentés QualiPV, un label reconnu par les conseils régionaux. Ce label conditionne aussi l’obtention de subventions d'Etat. Pour faciliter la recherche de professionnels, il existe des annuaires d'installateurs agréés sur le site photovoltaïque.Info édité par l'association HESPUL dont la vocation est d'informer sur les démarches liées aux projets photovoltaïques des particuliers. Quatre devis sont nécessaires pour comparer les éléments fournis par le professionnel tels que le coût et les aides de financement de l'installation, le respect des normes, le matériel utilisé, si l'installateur s'occupe de réaliser les démarches administratives ou pas, la maintenance de l'ondulateur (une fois tous les 10 ans). Il faut vérifier les garanties et les assurances de l'installateur mais également du constructeur des matériau photovoltaïque.

Pour mettre toutes les chances de son coté pour mener à bien son projet d'installation de panneaux solaires photovoltaïque, l'Agence de l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie est une ressource indispensable en ce sens.

24 Janv
2013
Comment bien utiliser les comparateurs de prix d'énergie sur internet ?

Le prix du gaz et de l’électricité est en hausse permanente. Afin de réaliser quelques économies, il est aujourd’hui conseillé de se servir d’un comparateur de prix d’énergie en ligne afin de trouver le tarif le moins cher.
Les avantages d’un comparateur en ligne

Un comparateur de tarifs a avant tout l’atout de proposer une sélection des meilleurs prix avec les détails de l’offre ainsi que le contact ou au moins, le nom du fournisseur. C’est un moyen utile pour économiser depuis l’ouverture du marché de l’énergie. La loi de la concurrence oblige, les fournisseurs en la matière proposent chacun leur tarif. Si le consommateur tient absolument à traiter avec son fournisseur habituel, il peut réaliser de bonnes affaires en faisant jouer la concurrence. Dans le cas contraire, rien ne l’empêche de passer à un autre fournisseur d’énergie.
Comment choisir le comparateur ?

Pour choisir un comparateur de prix d’énergie, il faut vérifier sa fiabilité. Il serait dommage de comparer les tarifs auprès d’un comparateur qui ne pourra pas obtenir des informations auprès des fournisseurs les plus sérieux. Pour cela, il faudra passer par les forums ou les moteurs de recherches tels que Google et Yahoo. Il suffit d’y rentrer le nom du comparateur choisi. Un autre moyen pour trouver un comparateur de ce type est de faire directement une recherche des « meilleurs comparateurs de prix d’énergie en ligne ». Un bon site de comparateur trouvera le bon fournisseur en fonction des besoins de l’internaute. C’est pour cette raison qu’il met à sa disposition un simulateur.
Qu’en est-il de la souscription ?

Certains sites ne demandent aucune inscription. Il suffit de saisir le mot clé dans le moteur de recherche. Par exemple, il faut y noter « prix électricité » ou encore « prix énergie ». Le site cherchera alors les meilleurs fournisseurs proposant des tarifs les plus intéressants du marché. Deux cas peuvent alors se produire. Soit, l’internaute peut recevoir la liste des propositions en quelques secondes après avoir rempli le formulaire du simulateur. Soit, il doit saisir son adresse email pour recevoir les résultats. Cela ne ressemble pas vraiment à une inscription mais, au moins, le consommateur pourra ainsi souscrire à la newsletter. Il recevra alors les nouvelles offres intéressantes et toutes les actualités en termes de nouvelles tarifications de l’énergie.
Comment se servir d’un comparateur

Les comparateurs de prix d’énergie demandent, d’abord, le statut de l’internaute. Il faut donc indiquer s’il est particulier ou professionnel. Les dépenses énergétiques ne sont pas les mêmes. De plus, certains fournisseurs ne peuvent fournir qu’une quantité limitée d’énergie. Ensuite, il faut choisir parmi la liste des fournisseurs proposés son fournisseur habituel. Puis, il faut fournir sa consommation annuelle en énergie. Cela dépend de la matière recherchée. Il peut s’agit de gaz ou d’électricité. Parfois, certains simulateurs demandent de choisir la zone géographique parmi le menu déroulant. Cela peut notamment jouer dans les dépenses d’énergie verte. D’ailleurs, en parlant de ce sujet, d’autres informations supplémentaires pourraient être utiles telles que l’existence d’un système écologique dans la maison.

26 Dec
2012
Débat sur la Transition énergétique sous tension

Après l’annonce de GDF Suez sur l’augmentation de ses tarifs de gaz de 2,4% dès janvier prochain et la hausse du prix de l’électricité appliquée pour cet hiver, les choses s’accélèrent. Il devient indéniable de trouver une alternative face au coût de l’énergie continuellement en croissance. Le débat national sur La Transition Energétique, voulu par François Hollande, lancé le 29 novembre dernier doit justement permettre de définir une France moins dépendante des énergies fossiles. D’autant plus que la commission européenne impose que tous les états membres de l’Europe aient réduit leurs ressources énergétiques issues du nucléaire de 50% d’ici à 2050. Bruxelles préconise d’arriver à un mix énergétique dont les ressources doivent être équilibrées.
Ce débat de grande envergure doit ouvrir à de nouvelles pistes de réflexion qui serviront à élaborer une loi d’ici juin 2013. Mais le chantier ne démarre pas sous de bons hospices. Le débat sur la transition énergétique s’annonce houleux puisque la présence de personnalités (comme Anne Lauvergeon, l’ancienne directrice de Areva, nommée au comité de pilotage du débat) est contestée, voire choque des participants. A ce titre à quelques jours du lancement de cette concertation nationale, certaines associations écologistes comme Greenpeace et Les Amis de La Terre ont fait le choix de ne pas y participer. C’est par conséquent sur fond de tensions économico- politique que Delphine Batho a ouvert un débat qu’elle souhaite «contradictoire, pluraliste et respectueux de la diversité des points de vue ». Le débat va –t il lever les sujets tabous tels que la question de la fermeture de Fessenheim, l’entérinement de l’exploitation des ressources de gaz de schistes, les bonus malus écologiques.
Pendant sept mois, le débat promet d’être fort et intense et on est en droit de se demander quel sera la qualité du débat entre pro nucléaires et écologistes et quelle sera la part des réponses et des idées retenues pour arriver à trouver des alternatives : réponses et bilan au mois de mai -juin 2013.

29 Nov
2012
Vers une hausse de la facture électrique pour se chauffer

A quelques jours du débat sur la transition énergétique, UFC- Que Choisir, l’association de défense des consommateurs tire la sonnette d’alarme sur le prix salé que paient les usagers pour le chauffage électrique. L’association rappelle que la France reste encore profondément marquée par une politique nucléaire déployée dans les années 1970 ; ce qui explique un équipement de production d’électricité d’origine nucléaire encore très présent. Alors en net recul dans les années 1980, le nombre de logements équipés en chauffage électrique augmente considérablement. Aujourd’hui c’est près de 35% des logements qui sont équipés en chauffage électrique sur le territoire français. Dans les années 2000, les infrastructures existantes ne suffisent plus à produire de l’électricité pour les appareils de chauffage pendant les périodes de grand froid malgré la mise en service de nouveaux réacteurs nouvelle génération qui produisent jusqu’à 40 000 mégawatts au total. L’association rappelle que toutes les ressources complémentaires, et donc fossiles, sont utilisées pour produire de l’électricité (des centrales hydrauliques et thermiques au charbon en passant par celles alimentées par le fioul). UFC Que Choisir attire l’attention sur le coût important de la production d’électricité ainsi répercuté sur les factures des consommateurs. L’association constate par ailleurs qu’il y a une disparité entre les consommateurs d’électricité équipés en chauffage électrique et les consommateurs n’en possédant pas. En effet selon les calculs de l’association, les ménages qui se chauffent autrement paieraient un prix du kilowatt plus élevé de 2%, alors que les foyers se chauffant à l’électrique seraient sous-facturés de 8%. Ce déséquilibre entre les ménages serait injustifié et UFC Que choisir présente à ce titre des propositions en faveur des consommateurs d’énergie. L’association préconise un audit énergétique du parc des logements en France ainsi qu’une fiscalité incitative pour l’amélioration énergétique de l’habitat destinée aux propriétaires et bailleurs, la mise en place d’un dispositif bonus malus pour une rénovation efficace et l’exonération de la taxe foncière pour des logements répondant aux normes des Bâtiments de Basse Consommation, et enfin le « tiers investissement » pour les ménages en difficulté. L’association espère que ces préconisations seront prises en compte lors du débat sur la transition énergétique organisé par le ministère de l’écologie et de l’énergie à Paris aujourd’hui.

7 Nov
2012
Poweo Direct Energie : un troisième fournisseur d’énergie ?

Au mois de juillet dernier, les deux fournisseurs alternatif de gaz et d’électricité Poweo et Direct Energie empreintes toutes deux à des difficultés économiques se sont unies pour le pire et le meilleur. Poweo Direct Energie atteint désormais une taille critique d’un milliard d’euro de chiffre d’affaires avec un million de contrats clients à gérer et livre près de 10 Twh d’électricité et de gaz en 2012. Le président de Direct Energie avait fait part de la volonté du groupe de proposer à leurs clients davantage d’innovations avec plus de services à des tarifs compétitifs. Trois mois après leur union, les choses sérieuses commencent réellement. L’objectif du nouveau groupe est de faire de leurs deux entités un sérieux concurrent face aux deux fournisseurs d’énergie historique que sont EDF et GDF. D’ailleurs les lignes ont commencé à bouger avec l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence qui fait ainsi tomber le monopole d’EDF et GDF. De même que le dispositif Arent obligeant EDF a revendre un quart de sa production d’électricité nucléaire à ses concurrents a donné l’occasion à Poweo Direct Energie de se faire une place en tant que fournisseur d’électricité en France. Mais le groupe ne souhaite pas s’arrêter là puisque Poweo Direct Energie assure un service de prestation avec ERDF pour quatre années. Le groupe qui gère déjà des centrales hydrauliques veut aussi développer de nouveaux projets en ce sens et se positionne sur des concessions qu’envisage de concéder l’Etat. Parallèlement Poweo Direct Energie travaille sur un projet de l’Etat remporté en partenariat avec Siemens pour la construction et l’exploitation d’une centrale de gaz à Landivisiau en Bretagne dans le Finistère.

Poweo Direct Energie souhaite doubler sa clientèle d’ici la fin de l’année 2016. Pour cela le groupe se donne des moyens d’y parvenir en mettant en place un service client hors pair. Le but est de se faire connaître auprès du grand public, d’assoir sa notoriété par le marché des fournisseurs d’énergie et établir une relation de confiance durable avec ses clients. La méthode : afficher des tarifs compétitifs et des prix transparents, assurer un suivi client de qualité en apportant des réponses personnalisées et adéquates à chaque demande. A ce sujet Poweo Direct Energie s’est vu élu meilleur service client de l’année 2013 dans sa catégorie.

08 Oct
2012
Prix du gaz de GDF Suez : bras de fer pour éviter la hausse

Depuis le premier octobre dernier, le prix du gaz a entamé une nouvelle hausse de deux pour cent. Annoncée par Le Figaro et confirmée par GDF Suez, il s’agit d’une dépense supplémentaire que les ménages doivent assumer dans leur budget de dépense d’énergie !

Depuis l’année dernière on assiste à un véritable bras de fer entre GDF Suez et le gouvernent pour négociation des tarifs du gaz. Le gouvernement Fillon avait pris une mesure sur pour geler les tarifs du gaz naturel jusqu’en décembre 2011. GDF Suez avait fait un recours auprès du Conseil d’Etat qui s’est prononcé pour l’annulation de ce gel. Le groupe GDF Suez affirme connaitre actuellement des difficultés pour négocier le coût d’acheminement auprès de ses fournisseurs en Russie, Norvège et en Algérie. Début septembre le fournisseur avait prévu d’augmenter de 7% ses tarifs afin d’anticiper sur ses propres coûts d’approvisionnement. Ce chiffre corresponde à 6% de pertes pour 2012 et 1% supplémentaire basé sur la prise en compte de l’inflation. En juillet dernier la société s’est vu refusé une nouvelle demande pour augmenter ses tarifs par le gouvernement qui a finalement accordé une hausse de 2%. La Commission de Régulation de l’énergie a précisé que cette augmentation n’est pas assez suffisante pour combler le manque à gagner de GDF Suez estimé 280 millions d’euros que la société prévoit de refacturer aux clients dans deux ans, ce qui représente un montant moyen de quarante euros par ménages. Effet d’annonce ou pas : le ministère de l’énergie du gouvernement Ayrault souhaite repenser le calcul de fixation des prix des fournisseurs d’énergie jusqu’à aujourd’hui indexé sur le prix du pétrole. L’Assemblée Nationale est en cours de discussion sur ce thème dans le but d’élaborer une proposition de loi. Pour ce qui est d’EDF Suez, le premier ministre a interpellé la direction pour afin d’attirer son attention sur l’effort à fournir en matière de négociation des prix de l’acheminement du gaz.

10 Sept
2012
Tarification de l’énergie en France : révolution ou coup d’épée dans l’eau ?

A l’instant où le gouvernement a annoncé qu’un projet de loi sur la « tarification progressive » venait d’être déposé à L’Assemblée Nationale, plusieurs voix s’élèvent pour décrier ou soutenir cette proposition.

Actuellement le prix du kilowatt est de 0,12€ et la moyenne des abonnements annuels s’élève à 80€ pour un contrat de 6 KWa. La tarification progressive de l’électricité et du gaz serait une solution à la fois sociale et écologique selon le gouvernement. Elle serait basée sur une profonde modification des règles de tarification actuellement employées par les fournisseurs d’énergie. François Brotte, l’un des porteurs du projet de loi, a présenté la mesure ce mercredi. Le principe serait de facturer à bas prix les kilowatts/heures de gaz ou d’électricité correspondant aux premiers besoins en énergie (c'est-à-dire entre 3 et 10% moins cher qu’aujourd’hui) puis de passer à une tarification en fonction du confort. Il est prévu d’établir trois niveaux ou pallier pour calculer le prix des tarifs qui seraient appliqués: le nombre d’occupants dans les foyers, leur situation géographie et le mode de chauffage. L’objectif pour le gouvernement est de lutter contre la précarité énergétique que rencontrent huit millions de personnes alors qu’un plan déjà en place est prévu pour six cents mille foyers bénéficiant des tarifs sociaux. C’est près de quatre millions de logements supplémentaires qui sont concernés par le projet. Combattre le gaspillage énergétique est aussi une raison supplémentaire. Créer un prix dégressif permettrait de faire prendre conscience de la valeur de l’énergie à l’heure où on parle de raréfaction des ressources énergétiques. Ce projet de loi vise à encourager les économies d’énergies et à réguler davantage les fournisseurs d’énergie.

La tarification progressive suscite différentes réactions

Pour les mouvements écologistes, Michel Dubromel, de France Nature Environnement, affirme que cette mesure serait incomplète puisqu’il faut aussi isoler les logements. La Fondation Nicolas Hulot a précisé certains éléments pour modérer les propos du gouvernement sur sa portée qualifiée d’écologique et sociale. En effet d’un coté la « tarification progressive » n’efface pas la problématique de la fiscalité écologique « green Shift » de la fiscalité française avec la Contribution Climat Energie. D’un autre coté les logements (qui sont de véritables « passoires thermiques ») ne peuvent pas être rénovés par des familles qui ont déjà du mal à se chauffer l’hiver. D’autres observateurs ne manquent pas de faire remarquer que cette mesure parait novatrice en France alors que le concept de tarification par pallier existe déjà en Chine (selon le site Reflets de Chine.com). Par ailleurs des questions techniques sont soulevées quant à l’application d’une telle mesure : par exemple comment gérer dans le cas des logements collectifs ou des résidences disposant encore de compteurs anciens ? Un autre problème se pose pour les habitations secondaires qui pourraient également profiter des tarifs à bas coût.

Pour l’heure, le projet de tarification énergétique progressive sera discuté au Parlement courant novembre laissant le temps aux spécialistes et concernés d’en débattre. Son application pourrait se faire vers la fin de l’année prochaine dans la meilleure des perspectives.

30 Juillet
2012
L’énergie renouvelable coute moins chère

L’IRENA, l’organisation intergouvernementale dont l’objectif est de promouvoir l’utilisation des sources d’énergie renouvelables, a publié le mois dernier une étude qui démontre que produire de l’électricité avec des énergies renouvelables coute chaque année moins cher. Les coûts de productions d’électricité issue d’énergie renouvelable sont finalement moins couteux que ne l’affirmerait les industriels (de l’énergie fossile). Lobbying ou vérité vraie ? Face à cette conclusion tout droit sortie de cette étude réalisée par l’IRENA, il serait prudent de comprendre pourquoi l’électricité d’origine de source renouvelable est de moins en moins chère à fabriquer.

Par exemple le déploiement fulgurant de la technologie induit un coût de plus en plus bas pour l’installation des panneaux photovoltaïques et allège ainsi la facture de 60% depuis deux ans. Du coup la production devient très concurrentielle par rapport aux autres productions dans les pays à fort ensoleillement où la capacité à produire a boudi de 70% en 2011. Parallèlement les déchets agricoles et forestiers constituent une véritable mine d’or pour produire de l’électricité. Ces matières premières (appelées aussi biomasses) sont détenues par tous les pays en grande quantité et représentent une ressource encore peu utilisée pour produire de l’électricité. En ce qui concerne l’électricité d’origine éolien, les perspectives d’avenir sont au beau fixe puisque les coûts d’installation commencent à baisser. En effet les pays qui s’industrialisent comme la Chine sont sur le rang pour construire à bas coût des éoliennes. La technologie de l’éolienne est donc en passe de devenir à son tour concurrentielle sur le marché des énergies renouvelables. L’hydroélectricité quant elle est une source de production plus ancienne dont la technologie est bien maitrisée par les pays industrialisés. Son coût de production est également peu élevé.

L’INERA dans les conclusions de son étude affirme par ailleurs que grâce au développement de la production d’électricité à partir des énergies renouvelables, c’est près de 4 millions d’emplois directs ou indirects qui pourraient être créés à travers le monde sur les 5 millions déjà existants.

10 Juillet
2012
L’énergie moins chère selon E Leclerc

En 2005 le gouvernement a mis en place le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie impliquant les fournisseurs d’énergie à informer et à encourager les particuliers à faire des économies d’énergie. L’enseigne de grande distribution E Leclerc en tant que fournisseur de fioul et de carburant est directement concerné par cette mesure. A l’image des sacs réutilisables imposés dans les années 90 dans tous ses magasins, l’enseigne E Leclerc, connue et reconnue pour sa démarche de sensibilisation à la préservation de l’environnement auprès des consommateurs, a lancé le site energiemoinscher.com dans le but de conseiller, d’informer et de soutenir les consommateurs dans leur démarche d’économie d’énergie. E Leclerc a élaboré un programme appelé « Primes énergie » dont la vocation est d’accompagner les particuliers pour leurs travaux de rénovation. Ils peuvent par exemple porter sur l’isolation de leur maison ou l’amélioration de leurs équipements de chauffage. L’enseigne fait référence sur son site à une liste de travaux éligibles indiqués par le gouvernement.

Le site lenergiemoinscher de E Leclerc incite les internautes à s’inscrire au programme « primes énergie » avant d’avoir réalisé les travaux. Pour bénéficier des Primes énergies d’E Leclerc, les particuliers souhaitant faire des travaux pour réaliser des économies d’énergie, doivent compléter un dossier avant le début des travaux puis dans un second temps transmettre le certificat de fin de travaux complété par le professionnel ayant fait les travaux. Cette aide est calculée en fonction de critères répertorié par le site energiemoinscher.

Aubaine médiatique, opération commerciale supplémentaire ou véritable démarche sincère et citoyenne, les observateurs n’ont pas le même avis sur la finalité de ce site. Toutefois il est important de souligner que les particuliers ont la possibilité de profiter de cette offre pour réaliser des économies non négligeables sur leur budget. C’est en effet près de 29 types de travaux pour les habitations individuels auxquels le site fait référence et parmi lesquels l’enseigne propose une aide reversée sous forme de carte cadeau à faire valoir à faire valoir pour les achats effectués dans tous les magasins E Leclerc.

15 Juin
2012
Les prévisions de consommation d'électricité pour l'été 2012

RTE, le gestionnaire des réseaux d’électricité interrogé à propos de la consommation d'électricité pour l'été 2012 se veut rassurant.

Canicules, vagues de froid ont augmenté les besoins en énergie dans les foyers et les lieux publics français. Souvenons-nous de 2003 et 2006, les deux canicules historiques qui ont frappé la France causant ainsi des ravages en France. Ces phénomènes climatiques extrêmes vont être de plus en plus fréquents et nous devons nous y adapter. Ce faisant les fournisseurs en électricité sont désormais obligés de prévoir quels seront les besoins en électricité.

Pour cet été, les gestionnaires des réseaux électriques et les observateurs s’accordent à être rassurant. Même si les climatiseurs sont gourmands en énergie, les besoins en électricité sont moins importants l’été que l’hiver. De façon générale RTE, le gestionnaire des lignes à hautes tensions de EDF estime une baisse de consommation électrique de 1,60% par rapport à l’année précédente. Il pressent en effet une consommation de 56 000 mégawatts au maximum pour juillet et août (pour les particuliers et pour les entreprises confondus), comparé aux 101 700 mégawatts de cet hiver. Même si la période estivale est l’occasion de réaliser la maintenance des centrales nucléaires et hydrauliques, RTE rassure en affirmant qu’il prévoit une hausse des moyens de production d’électricité. Les fournisseurs d’électricité seront alors en mesure d’approvisionner la France en électricité avec l’appuie des ressources alternatives que sont les centrales éolienne et solaires.

Toutefois il fait être vigilent sur le fait que le réseau électrique de France reste fragile, surtout lors des périodes extrêmes de très fortes chaleurs. En effet la sécheresse des rivières pourrait causer l’arrêt des centrales hydrauliques et l’absence de vent faire baisser la production des éoliennes. Pour le moment il n’y a pas de raison de s’alarmer sur les conditions climatiques estivales puisqu’il est prévu qu’il fasse un très mauvais été 2012 rythmé par la pluie et de basses températures.

25 Mai
2012
Les nouveaux fournisseurs 5 ans après l'ouverture à la concurrence

Avec l’ouverture du marché de l’énergie en 2007, le prix de l’électricité devient de plus en plus accessible. L’autorisation de la concurrence incite chaque fournisseur à aligner ses tarifs.

La situation actuelle

Cela fait près de 5 ans que les concurrents ont accès au marché de l’électricité. EDF n’a plus le monopole. A cause de la forte concurrence, le prix est de plus en plus en baisse. Ce qui est loin de déplaire aux consommateurs qui trouvent du plaisir à changer de fournisseur à leur guise pour trouver des offres plus intéressantes. A noter toutefois que ce sont les pouvoirs publics qui réglementent les tarifs. En effet, les consommateurs encadrent et contrôlent, d’une certaine façon, les augmentations tarifaires. Le choix s’impose enfin entre les fournisseurs classiques et les nouveaux. Parmi ces derniers se trouvent Direct Energie, Enercoop, Poweo, Planète UI, Electrabel, Gaz Electricité de Grenoble, Proxelia ou encore Alterna. Pour attirer les clients, jusqu’ici exclusifs d’EDF, les nouveaux fournisseurs misent sur deux points : l’électricité verte et le prix concurrentiel.

Les avantages de la concurrence

Comme il a été expliqué ci-dessus, la concurrence fait baisser le tarif. De ce fait, l’électricité est donc moins chère grâce à l'avènement des nouveaux fournisseurs. Les consommateurs ont la possibilité d’économiser. Les offres chez les nouveaux fournisseurs s’avèrent plus intéressantes, car ceux-ci sont encore dans la phase de prospection. La plupart offre un rabais sur les premiers kilowattheures. D’autres, comme Poweo, pratiquent la facturation au forfait. C’est une manière de surveiller sa consommation et donc de payer encore moins cher. De son côté, EDF se lance dans des engagements à prix non réglementés pour retenir sa clientèle.

Comment choisir son fournisseur ?

Pour choisir son fournisseur, il faut regarder du côté des garanties sur le changement de tarifs, les prix au kilowattheure et au forfait ainsi que les prestations supplémentaires telles que le mode de paiement et le service client. La résiliation chez EDF se fait automatiquement dans le cas où le client change de fournisseur. L’inverse est également possible à condition de rester 6 mois chez le nouveau fournisseur avant de revenir. Lors du passage EDF et nouveau fournisseur, chaque consommateur dispose de 7 jours de rétractation.